L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Fête du Christ Roi

Dernier dimanche d'octobre

Fête du Christ Roi de l'Univers

 

Afficher l'image d'origine

 

 



 

Fête de tous les Rois et Princes chrétiens

 

 

Vive le Roi ! Vivent nos Princes !

 

 

 

Lettre ouverte aux Pères de famille 

en la fête du Christ-Roi

 

 

 

 « Le nom et la puissance de roi doivent être attribués, au sens propre du mot, au Christ dans Son humanité », déclarait le pape Pie XI il y a à peine 91 ans. « Il revendique le titre de roi, Il proclame publiquement qu'Il est roi, Il déclare solennellement que toute puissance Lui a été donnée au ciel et sur la terre. Qu'entend-Il par là, sinon affirmer l'étendue de Sa puissance et l'immensité de Son royaume ? ».

 

Cette soumission nous est rendue aisée par le fait que Jésus Se présente à nous surtout comme le roi de nos cœurs. Mais les cœurs ne sont pas l’unique juridiction du Seigneur : Il a tout pouvoir, partout, et Son autorité fonde celle des rois légitimes, ainsi que l’enseigne l’encyclique Quas primas (1925) : « En imprimant à l'autorité des princes et des chefs d'État un caractère sacré, la dignité royale de Notre Seigneur ennoblit du même coup les devoirs et la soumission » envers eux : même chose dans les familles et de la royauté terrestre des princes chrétiens, qui reçoit sa juste place entre Dieu et les parents dans la vertu de piété filiale.

 

Parlons aujourd’hui de votre propre royauté, le vénérable abbé Boudon disant : « L’homme est un petit monde et il doit commander à ses passions, et les gouverner en roi ». Mais comme il y a analogie, il faut bien comprendre ce qu’est la royauté, Notre Seigneur ne Se proclamant pas le « Président de la République » des Juifs, ni leur « Premier ministre », ni leur « Secrétaire général », et les Cieux n’étant dans l’Évangile ni une démocratie, ni une république, ni même un régime parlementaire (jusqu’à preuve du contraire tout au moins).

 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, petite question : qu’est-ce qui différencie un président chef de parti, d’un roi ? Le roi l’est normalement par hérédité, sans l’avoir choisi (ce qui éviterait aux États-Unis une année de palabres stériles et inutiles), parce qu’il est l’héritier d’une famille qui se trouve au-dessus des autres pour les servir et les défendre, et qu’il a les grâces d’état pour cela ; il appartient à tous, il n’est le chef d’aucun clan, il a pour mission de défendre ses peuples dont il est le père, en tant que chef des chefs de famille. L’exercice de cette charge est pour lui un devoir, mais aussi un droit : les Papes et les Saints (voire les deux) ont même maudit d’avance ceux qui usurperaient leur pouvoir légitime (je vous renvoie notamment à saint Remi, à nos origines, aux conciles de notre histoire, et à Mgr de Ségur, il y a un siècle et quelque).

 

Nos ancêtres ont aimé leurs rois et la Famille royale, et chaque événement arrivant au Roi (heureux événement, « joyeuse entrée » ou victoire militaire) était célébré par tous comme touchant tout le reste du corps mystique qu’était la société chrétienne. Les cloches sonnaient dans toutes les églises, chaque foyer faisait ripailles chez lui ou au village, et même, il n’y avait pas besoin d’attendre les journées du Patrimoine pour visiter Versailles gratuitement et ainsi voir l’incarnation d’un principe, de l’alliance de Dieu et de la nation. En France, le roi est père des Français et époux de la France ; l’analogie avec le Christ est donc bien respectée. Également par le miracle des écrouelles, qui attiraient des malades de toute l’Europe.

 

Oui, toute paternité, toute royauté légitime vient de Dieu ; et nous y participons tous à des degrés divers. Je pense d’abord aux pères et mères de familles, mais aussi aux personnes célibataires voire mineures : nous sommes tous les rois de notre propre vie. Et comme de bons rois, il nous faut la rendre conforme à ce que Dieu en attend de manière naturelle et surnaturelle.

 

Et comment régnons-nous ? Respectons-nous les Lois fondamentales que sont les dix Commandements et ceux de l’Église ? Comment régissons-nous notre propre vie ? Certes, notre travail reçoit déjà une organisation de l’extérieur. Mais il reste beaucoup à mettre en ordre : toutes ses soirées, ses fins de semaine, ses temps de loisir. Et en cela, êtes-vous des rois et des reines chrétiens ? En mettant Dieu à la première place ?

 

Louis XIV, par exemple, avait grande conscience de ce qu’il aurait à rendre compte à Dieu du gouvernement de son royaume, à lui seul dévolu. Et vous, à la veille du jour des morts et du mois des âmes du Purgatoire, avez-vous conscience d’avoir bientôt à rendre compte de tout ce que vous faites et décidez ?

 

Dans son Vœu à Notre-Dame, son père, Louis XIII, affirmait avec raison avoir pour mission de conduire ses peuples sur la route du Paradis. Et vous ? Les membres de votre famille, avez-vous conscience d’avoir mission de Salut et charge d’âmes envers eux ?

 

« Les gouvernants et les magistrats ont l'obligation, aussi bien que les particuliersdisait Pie XI, de rendre au Christ un culte public et d'obéir à ses lois. Les chefs de la société civile – et donc aussi les parents – se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l'ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l'ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles ; car sa dignité royale exige que l'État tout entier – et toute famille – se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens dans l'établissement des lois, dans l'administration de la justice, dans la formation intellectuelle et morale de la jeunesse, qui doit respecter la saine doctrine et la pureté des mœurs ».

Votre Conseil des ministres, votre « Conseil d’En Haut », c’est votre examen de conscience quotidien, ce sont vos rencontres conjugales établissant le programme et le soin de vos enfants, et de tout le foyer.

 

C’est également le choix des personnes que vous décidez de recevoir, le partage de la table étant l’expression la plus intime mais aussi la plus solennelle et importante de votre famille. Recevez-vous n’importe qui ou essayez-vous au contraire de ne donner que de bons exemples à toute la maisonnée ? Voilà encore votre charge régalienne.

 

Quand vient le moment des vacances, les organisez-vous en fonction des dimanches et fêtes qui tombent pendant ce « temps sacré », selon les Messes possibles, et jamais à un endroit où vous n’aurez pas de Messe ? Essayez-vous d’organiser des vacances spirituelles, des pèlerinages en famille ? Comme le 11 novembre prochain par exemple pour la Saint-Martin. Si ces jours sont fériés, c’est bien à l’origine pour les sanctifier ! C’est par tout cela que vous montrez à Dieu et à vos enfants le grand cas que vous faites de la Chrétienté, et que vous gagnez votre Ciel. Rois et reines domestiques, vous contribuez – ou non – à l’édification de la Chrétienté. Votre famille en fait-elle vraiment partie ?

 

         Il y a un très grand rapprochement à faire et comprendre entre la destruction de la société chrétienne il y a deux cents ans, et l’actuelle destruction de la famille, cellule de base de toute société.

 

« Qui dira le bonheur de l'humanité si tous, individus, familles, États, se laissaient gouverner par le Christ ! Pour que la société chrétienne bénéficie de tous ces précieux avantages et qu'elle les conserve, il faut faire connaître le plus possible la doctrine de la dignité royale de notre Sauveur » (Pie XI).

 

« La peste de notre époque, c'est le laïcisme, ainsi qu'on l'appelle, avec ses erreurs et ses entreprises criminelles. Comme vous le savez, Vénérables Frères, ce fléau n'est pas apparu brusquement ; depuis longtemps, il couvait au sein des États. On commença, en effet, par nier la souveraineté du Christ sur toutes les nations ; on refusa à l'Église le droit […] d'enseigner  […] et gouverner les peuples en vue de leur béatitude éternelle. Puis, peu à peu, on assimila la religion du Christ aux fausses religions et, sans la moindre honte, on la plaça au même niveau ». « Fruits encore de cette apostasie, la paix domestique bouleversée par l'oubli des devoirs et l'insouciance de la conscience ; l'union et la stabilité des familles chancelantes ; toute la société, enfin, ébranlée et menacée de ruine ».

 

Oui : après avoir détrôné le Christ Roi en la personne de nos princes, après avoir chassé Sa sainte Église, voici que le laïcisme s’en est pris aux familles, aux rois des Églises domestiques que sont les pères de famille. Et que des patrons chrétiens s’occupent consciencieusement de leurs employés, selon l’esprit du Catholicisme social très répandu au XIXe siècle, bien avant les prétendus socialistes, l’on taxe aujourd’hui cela de paternalisme ! Comprenez que dans des États où la paternité est détestée, cela n’est pas un compliment.

 

De même que fut déniée aux rois la pleine souveraineté et imposé le parlementarisme, l’on opposa à l’autorité du père ainsi qu’à la stabilité des familles : la lutte contre la paternité en général, l’avantage presque exclusivement et d’office attribué à la femme, l’aide donnée à la destruction de la famille par la facilitation du divorce, la promotion de l’inversion, en un mot : la « dévirilisation » de la société, pour ne pas employer d’autres termes ! Et cela aux dépens notamment des femmes, qui n’ont plus la sécurité d’un foyer stable, surtout quand elles acceptent de « se mettre en couple » avec quelqu’un qui ne s’engage à rien envers elle.

 

Détruire le père, c’était également mettre fin à la fécondité : par l’hédonisme, l’individualisme, le travail généralisé des femmes hors du foyer, la contraception, les mille et une tracasseries pour l’adoption, l’interdiction de l’accouchement sous X, et bien sûr le crime abominable de l’avortement.

 

De même que de nombreuses royautés et principautés légitimes, reconnues et approuvées par l’Église et par le droit, ont été renversées par la Révolution et ses filles, de même la royauté des parents est par voie de conséquence également renversée : l’irruption d’un beau-père ou d’une belle-mère veut se faire reconnaître comme légale, toute sorte de construction ou reconstruction familiale passe pour légitime, selon le principe que chacun fait bien comme il veutLe divorce est à la famille ce que la Révolution est à la société.

 

Si le père est comparable à un roi, et la mère à une reine, c’est que ni l’un ni l’autre ne sont choisis par l’enfant (de même qu’ils ne choisissent pas non plus leurs enfants) ; tous deux sont d’ailleurs aussi reconnus par le grand Mgr de Ségur comme de « droit divin », comme dépositaires d’un droit naturel inviolable et imprescriptible, n’en déplaise aux gouvernements actuels qui se succèdent et dénient aux parents l’éducation de leurs enfants (soit clairement, c’est Mme Laurence Rossignol, soit insidieusement et mensongèrement, c’est Najat).

 

Par leur choix libre, les parents font de leur foyer une société catholique, et la régissent selon les enseignements du Décalogue et de l’Évangile, soumis à la Sainte Église en la personne de leurs évêques et de leurs curés, s’ils sont eux-mêmes fidèles à la doctrine sociale et pérenne de l’Église.

 

Comme dans les Lois fondamentales qui régissent la France, il est hors de question d’entendre parler d’abdication, de démission, car la responsabilité de la famille qui incombe aux parents n’a pas de fin. Je pense avec horreur à un homme qui se disait géniteur des enfants qu’il avait abandonnés à son épouse, et qui considérait le nouveau beau-père comme le vrai père. Le roi légitime qui reconnaît et encense l’usurpateur ! Le pasteur mercenaire qui se réjouit de laisser le troupeau à un loup déguisé en pasteur ! Le fameux contrat social passé entre individus, sans aucun respect de la loi naturelle !

 

Quant à la fausse souveraineté du peuple, elle consiste dans la famille au règne actuel de « l’enfant-roi ». –Oh, non, il ne veut pas ; il préfère faire à son idée. La crise d’autorité en est la première responsable, et tout cela ne plaît pas à Dieu. Quand ses Litanies des Saints prient pour la concorde entre les rois et les princes chrétiens, l’Église entend en prolongement la bonne entente, la communion des époux et la prospérité des familles.

 

« Pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyons pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur », affirmait Pie XI en instituant la fête du Christ Roi. « Ce serait assurément le devoir des Catholiques de préparer et de hâter ce retour par une action diligente. […] Peut-être faut-il attribuer ce désavantage à l'indolence ou à la timidité des bons ; ils s'abstiennent de résister ou ne le font que mollement ; les adversaires de l'Église en retirent fatalement un surcroît de prétentions et d'audace. Mais du jour où l'ensemble des fidèles comprendront qu'il leur faut combattre, vaillamment et sans relâche, sous les étendards du Christ-Roi – tel saint José Luis Sanchez del Rio[1], petit Cristero de 15 ans, victime de la Révolution maçonnique au Mexique, et que le Saint-Père vient de canoniser (le petit martyr, pas la Révolution !) –, le feu de l'apostolat enflammera les cœurs, tous travailleront à réconcilier avec leur Seigneur les âmes qui l'ignorent ou qui l'ont abandonné, tous s'efforceront de maintenir inviolés ses droits ».

 

         Dans nos familles dites catholiques traditionnelles : prie-t-on en famille ? Parle-t-on seulement de Dieu dans les conversations ?

 

         Nos souverains s’imposaient la Messe quotidienne (et saint Louis, jusqu’à trois fois par jour), malgré, vous l’imaginez bien, leurs multiples et graves charges et occupations. Au sacre, nos souverains promettaient de défendre les biens de l’Église et d’extirper l’hérésie. Vous, ce sacre, ce fut votre baptême, puis votre Confirmation. Défendez-vous, et même, faites-vous vôtre l’enseignement – doctrinal et moral – de la Sainte Église, aujourd’hui si attaqué et renié, même par des ecclésiastiques ? Êtes-vous fidèles aux promesses de votre baptême, à votre alliance avec la Sagesse incarnée, comme le demandait Jean-Paul II ?

 

         Rejetez-vous les modes, les vices, les actions, les comportements, les opinions contre lesquels vous met en garde le Magistère ?

 

Je vous parlais de Louis XIV. Il donna du scandale, et au combien, par ses adultères publics, et Louis XV par ses débauches. Tout le monde s’accorde pour les condamner en cela. Mais étant de vrais rois chrétiens, non seulement ils en souffraient, mais avant chaque fête de Pâques, en tout cas pour le premier, c’était avec de réels et sincères efforts qu’ils se détachaient du péché.

 

Toujours est-il que socialement, ils ont donné grand scandale à leurs peuples, avec les conséquences qui en découlent, et en premier le mauvais exemple. Si des pères de famille les ont pris comme prétexte, alors ceux-là devront encore en répondre en plus de leurs propres péchés.

 

Et vous, donnez-vous du scandale, du mauvais exemple à la société, ou à la société domestique dont vous êtes souverain ? Êtes-vous trop dur, ou au contraire trop faible ? Vous montrez-vous un monarque constitutionnel sans pouvoir, et qui avalise sans broncher ce qui se passe de mal dans votre famille (« indécence des modes, scandales corrupteurs des âmes innocentes », dirait Pie XII), ou encore le trop de temps – ou le temps tout court – que passent vos enfants sur leurs jeux vidéos, leurs tablettes, leurs ordinateurs et leurs téléphones ? Le temps passé à ne rien faire ? Comme me disait l’un d’entre vous, dans sa jeunesse, le dimanche était consacré à la vertu de piété filiale : envers Dieu le matin par une voire deux Messes ; le midi en famille, l’après-midi auprès des anciens, et la fin d’après-midi au Bon Dieu à nouveau par les vêpres, avant de retourner à la pension. Voilà, chers jeunes gens, ce qu’était leur programme du dimanche de vos aînés : et soyez certains qu’ils peuvent aujourd’hui non seulement en être fiers, mais espérer pour cela une belle et bonne récompense au Ciel, ce que ne mériteront aucunement ni vos matches, ni vos play-stations et séances de surf sur Internet.

 

Concluons avec le pape de l’exaltation de la royauté du Christ :

« Fasse le Ciel que nous portions ce joug non pas à contrecœur, mais ardemment, amoureusement, saintement ! Ainsi nous récolterons les heureux fruits d'une vie conforme aux lois du royaume divin. Reconnus par le Christ pour de bons et fidèles serviteurs – et sujets – de Son royaume terrestre, nous participerons ensuite, avec Lui, à la félicité et à la gloire sans fin de Son royaume céleste ».

 

Abbé Louis de Saint-Taurin +

 

[1] Il est tout de même incroyable de constater que ce fut Pie XI, le pape de la royauté du Christ, qui abandonna les Cristeros, et que c’est le pape qui réhabilite les théologiens de la libération, qui les canonise : étonnante époque que nous vivons !

 



29/10/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres