L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Prières


Consécration de la Confrérie Royale et de l'UCLF à Saint Michel archange.

Samedi soir 4 juin, les pèlerins de l'UCLF et de la Confrérie Royale présents au Puy-en-Velay à l'occasion du pèlerinage légitimiste organisé en cette année de Grand Pardon, après avoir accompli la démarche jubilaire, ont gravi les flancs du "neck" volcanique au sommet duquel est érigée, depuis le milieu du Xe siècle, la chapelle de Saint Michel d'Aiguilhe.
Là, ils ont consacré l'UCLF et la Confrérie Royale au grand archange, ont confié à sa protection Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, et prié pour la France, remise à la garde de Saint Michel par le Bienheureux Charlemagne.
Voici le texte de la prière qui a été lue par tous les pèlerins agenouillés devant l'autel de Saint Michel.

 

IMG_4655 - Copie.JPG

 

Statue de Saint Michel terrassant le dragon, dans la chapelle Saint Michel d'Aiguilhe.

Prière de consécration à saint Michel
de la Confrérie Royale et de l'U.C.L.F.

Inspirée de la consécration nationale de 1912

 

Glorieux Saint Michel, nous avons tenu à venir à vos pieds pour vous présenter l’hommage de notre reconnaissance, de notre vénération, de notre amour.

Préposé par le Très-Haut à la garde du Droit, vous avez rejeté dans les abîmes Satan et ses suppôts, inclinant votre épée devant l’Homme-Dieu et la Vierge qui devait enfanter et devenir la Reine des Anges.

Le peuple hébreu vous vit à sa tête lorsqu’il errait dans le désert, et vous fûtes, dans son exil, son espoir et sa force.

Sur le berceau de l’Église, héritière de la Synagogue, tendrement vous avez veillé. Votre devise devint sa devise et, depuis deux mille ans, rien de grand ne s’est opéré dans son sein en dehors de votre intervention féconde.

Premier des royaumes d'Occident à avoir été régénéré dans le Sang du Christ, le Royaume de France fut aussi l'un des premiers à se placer sous votre sainte protection. Aussi vous êtes-vous ingénié à faire de ce Royaume et de son Souverain, le Roi Très Chrétien, à votre image et à votre exemple, le bon lieu-tenant de Dieu et le bras armé de la Sainte Eglise : depuis le champ de bataille de Tolbiac jusqu'au sommet du Mont Tombe ; depuis le sommet du Mont Tombe jusqu'aux vallons de Domrémy ; depuis les siècles reculés jusqu'en ces temps malheureux dans lesquels nous peinons, vous avez écrit les meilleures pages de notre histoire.

 

Aussi, humbles représentants de la Confrérie Royale et de l'Union des Cercles Légitimistes de France, sommes-nous venus ce soir dans ce sanctuaire prestigieux et plus que millénaire où vous êtes honoré, animés par le même esprit qui porta jadis nos Saints, nos héros, nos Évêques et nos Rois Très Chrétiens à se prosterner devant vous pour réclamer votre puissante intercession.

Ajoutez encore à vos bienfaits, ô bon et puissant Archange, et prenez encore une fois sous votre sainte protection, non seulement nos personnes et nos biens, nos familles et nos paroisses, nos évêques et nos prêtres, mais aussi la France tout entière, ce Royaume qui vous fut jadis consacré et qui gémit aujourd'hui dans ses funestes égarements.

Nous voulons, avec toute notre ferveur, renouveler le pacte séculaire qui lie la France au Prince des Anges.

Nous voulons, dans une instante supplication, confier à votre garde tutélaire, l’héritier, descendant et successeur de nos Rois, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le roi Louis XX, afin qu'il soit fort pour résister à tous les pièges et tentations de l'ennemi et qu'il marche fidèlement dans les pas de Saint Louis, son ancêtre et céleste protecteur, qui vint au Puy en pèlerin.

Nous voulons, de toute notre âme, vous consacrer la Confrérie Royale et l'Union des Cercles Légitimistes de France, qui, chacune dans son domaine propre, luttent à votre exemple pour le triomphe de la vérité dans la charité, et le règne du Christ-Roi.

 

Nous vous saluons, nous vous bénissons, nous vous acclamons, mais, de grâce, défendez-nous dans le combat !

Les ténèbres du doute et de l’erreur nous assiègent de toutes parts : Archange de lumière, dissipez toutes ténèbres et faites resplendir la Vérité !

A l'heure où tant de volontés fléchissent et où tant de courages chancellent : Archange victorieux, ranimez sans cesse nos ardeurs et communiquez-nous la flamme qui fait les âmes justes et les peuples vaillants !

Tandis que la plupart des cœurs s’attachent à la chair et au sang : ô Séraphin sublime, arrachez-nous à la fange et gardez-nous fidèles à Dieu et à Ses saintes lois !

 

Saint Michel Archange, sauvez la France !

Que le Cœur Sacré de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie vous envoient encore une fois vers nous, avec sainte Jeanne d’Arc et tous nos Saints et héros !

Et que le règne de Dieu s’établisse en chacun de nous, sur la France et sur le monde, à jamais, de sorte que, pour l'éternité, ô grand Prévôt du Paradis, nous soyons associés à vos triomphes !

Ainsi-soit-il !

 

* * * * * * *

 

Prière pour la France :

 

Dieu éternel et tout-puissant, Qui avez voulu le Royaume de France pour être sur la terre l’instrument de Votre adorable Volonté, le glaive et le rempart de Votre Sainte Église, nous Vous en prions par l’intermédiaire de saint Michel, le grand Archange, que nous aimons saluer du titre d’Ange gardien de la France, faites luire toujours et partout Votre lumière sur les enfants de la Fille aînée de Votre Église, afin qu’ils sachent ce qu’ils doivent faire pour étendre Votre règne en ce monde et y faire triompher la paix, et que, pour accomplir cette tâche, leur charité et leur vaillance aillent toujours en s’affermissant, par Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

A nous, saint Michel ! Quis ut Deus !

Imprimatur : Lutetiae Parisiorum, 5 mars 1958, Petrus Girard, vicaire général.

IMG_4488 - Copie.JPG

chapelle Saint Michel d'Aiguilhe édifiée au milieu du Xe siècle au sommet d'un neck volcanique.


06/06/2016
2 Poster un commentaire

Orationes pro Rege

Sainte Liturgie

Prières liturgiques pour le Roy 

Règles liturgiques précisées le 10 septembre 1857 sous Pie IX par la Sacrée Congrégation des Rites au sujet des prières pour l'usurpateur Louis-Napoléon Buonaparte, dit Napoléon III, qui cherchait encore à cette époque à s'attirer les bonnes grâces de l'Eglise. Son régime tomberait treize ans plus tard.

Sont ici rappelées les règles liturgiques des prières pour l'usurpateur, et a fortiori le roi légitime, pour lequel elles avaient été composées :

 

I- Mention du nom du Roi au Canon de la Messe après celle de l'Evêque du lieu : "Pro Rege nostro N.".

 

II- Prières pour le Roi à la fin des Messes solennelles :

Verset "V/ Domine salvum fac Regem.

R/ Et exaudi nos in die qua invocaverimus Te"

après l'antienne de communion, récité alternativement par le Célébrant et l'assemblée (réponse aux Dubia du 17 décembre 1857) ;

   et Oraison

"Quaesumus omnipotens Deus, ut famulus tuus Rex noster N. qui Tua miseratione suscepit Regni gubernacula, vitutum etiam omnium suscipiat incrementa, quibus decenter ornatus vitiorum monstra devitare, hstes superare, et ad Te Quia via, veritas, et vita es, gratiosus valeat pervenire. Per Dominum nostrum" sous la même conclusion que la dernière post-communion.

 

III- A la Messe des Présanctifiés, le Vendredi-Saint, aux Oraisons solennelles, entre celle pour les Ordres de l'Eglise et celle pour les Catéchumènes, Oraison pour le Roi :

   "Oremus et pro Christianissimo Rege nostro N. ut Deus, et Dominus noster det illi sedium suarum assistricem sapientiam, qua populum sibi commissum gubernet in omni justitia et sanctitate ad divinam gloriam, et nostram perpetuam pacem.

Oremus.

V/ Flectamus genua.

R/ Levate.

Omnipotens sempiterne Deus, Qui regnis omnibus aeterna potestte dominaris, respice d Frncorum benignus Imperium, ut et Rex juste imperando, et populus fideliter obediendo ad gloriam Tui nominis, et regni tranquillitatem unanimi pietate conspirent. Per Dominum".

 

IV- A la fin du Praeconium Paschale, l'Exultet pascal, ajout de la conclusion suivante :

   "Precamur ergo Te, Domine, ut nos famulos Tuos, omnemque Clerum, et devotissimum populum, una cum beatissimo Papa nostro N. et Antistite nostro N. necnon Christianissimo Rege nostro N. quiete temporum concessa, in his Paschalibus gaudiis, assidua protectione regere, gubernare, et conservare digneris".

 

V- Aux prières suivant les Litanies des Saints, verset pour le Roi entre celui Ut inimocos et Ut Regibus :

"V/ Ut Rex noster custodire digneris.

R/ Te rogamus, audi nos".

   Après le psaume XLIX et le verset pour le Pape, verset pour le Roi :

"V/ Oremus pro Rege nostro N.

R/ Domine, salvum fac Regem, et exaudii nos in die qua invocaverimus Te".

   Après l'oraison pour le Pape, est ajoutée la collecte précitée pour le Roi "Quaesumus omnipotens Deus".

 

 

Rubriques1.jpg
Rubriques2.jpg
Rubriques3.jpg
Rubriques4.jpg


30/10/2015
0 Poster un commentaire

Neuvaine préparatoire au 16 octobre

Mt S. Michel.PNG

 

Neuvaine préparatoire (du 7 au 15 octobre)

à la fête de l'Apparition de S. Michel  

et de la Dédicace du Mont Tombe

en Normandie

(16 octobre)

 

Mt S. Michel (Riches Heures).PNG

 L'Apparition, d'après les Très Riches Heures du duc de Berry (XIVe s.).

 

 

La Neuvaine peut être décalée si vous la prenez en cours de route...

 

CONFITEOR - PATER - AVE

(voire VENI CREATOR pour les zelanti... et les Normands)

 

 

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.

 

Que Dieu lui fasse sentir Son Empire, nous vous en supplions !

 

Et Vous, Prince de la Milice Céleste, précipitez en enfer, par la Force Divine, Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde pour la perte des âmes !

 

V/ Priez pour nous, saint Michel, prince de l'Eglise de Jésus-Christ.

R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de N.S.J.C.

 

 

Dieu tout-puissant et éternel, Qui avez daigné nous revigorer par la prérogative singulière de la glorieuse Apparition du bienheureux Archange Michel, donnez à ceux qui Vous supplient d'être défendus sur terre par sa protection bien présente, et de nous réjouir au Ciel de sa compagnie éternelle. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

Ainsi soit-il.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "apparition saint michel 16 octobre"

 

 

Saint Aubert était évêque d'Avranches (Normandie) lorsque, vers 708, l'Archange Saint Michel lui apparut, un 16 octobre, pour lui ordonner de bâtir sur le Mont-Tombe (futur Mont Saint Michel) une église en son honneur. Ce rocher escarpé s'élevait, aride et solitaire, dans une baie formée par la réunion des côtes de la Normandie et de la Bretagne. Le Prince de la Milice Céleste dit à l'évêque : « Je suis Michel, l'Archange qui assiste en la présence de Dieu ; je suis résolu d'habiter dans ce pays, de le prendre sous ma protection et d'en avoir soin ». Saint Aubert, voulant s'assurer de la vérité de cette vision, n'obéit pas aussitôt ; l’Archange Saint Michel se montra une seconde fois à l’évêque, et bien qu’il se fît plus sévère et plus pressant, il n’eut pas davantage de succès ; à la troisième apparition, après avoir fait de nouveau reproches et réitéré les ordres du ciel, l'Archange appuya fortement le doigt sur le front de saint Aubert et y laissa une empreinte qui se voit encore sur le crâne du Saint conservé dans l'église Saint-Gervais d'Avranches. Saint Aubert connaissait désormais avec assurance la volonté du Seigneur ; il se rendit donc sur le rocher que l'Archange lui avait indiqué où des signes célestes marquèrent le lieu choisi pour la construction de l'église. Une source jaillit pour fournir l'eau qui manquait à cette solitude aride. Ce rocher, que les flots de l'océan séparent de la terre ferme, porta, depuis la dédicace de l'église, le nom de Mont Saint-Michel. A dater de ce jour mémorable, les pèlerins accoururent de toutes parts et obtinrent en ce lieu de nombreuses guérisons. Saint Charlemagne y vint même l'année de son couronnement pour garder le royaume sous la protection du puissant Archange.


08/10/2015
0 Poster un commentaire

Neuvaine préparatoire à la fête de Saint Michel (du 20 au 29 septembre)

Neuvaine en l'honneur de Saint Michel Archange
et des neuf Choeurs des Anges :

 

Cette neuvaine est justement célèbre et largement répandue, en raison même des grâces qu'elle obtient à ceux qui la pratiquent avec ferveur et confiance.
Néanmoins, dans la progression des jours de cette neuvaine, il nous a paru plus conforme à l'ordre des choses - contrairement au texte habituellement diffusé - de "remonter" depuis le Choeur des Anges jusqu'au Choeur des Séraphins (qui est le plus près de Dieu et auquel appartient Saint Michel).

Chacun des membres et associés de la "Confrérie Royale"  aura à coeur de se placer personnellement sous la protection du Grand Archange et de le prier, certes, à ses intentions particulières ; mais, plus encore, n'omettra pas de recommander instamment la personne de notre Prince à la protection du Prince des Armées Célestes, et de l'invoquer pour la France, que plusieurs de nos Souverains ont placée d'une manière spéciale sous sa protection.
Conformément à l'usage de l'Eglise, nous commençons cette
neuvaine préparatoire à la fête de Saint Michel le 20 septembre, afin qu'elle s'achève le 28 au moment des premières vêpres de la fête.

 

6-arcanjo_gr.jpg

Chaque jour de la neuvaine :

 

  1. Réciter le « Confiteor »

  2. Puis réciter cette prière :

    Saint Michel Archange, rempli de la Sagesse de Dieu, fort dans le combat, venez à mon aide, soutenez-moi dans les difficultés, les épreuves, quand je souffre, quand je doute, quand je pleure. Obtenez-moi le courage, la force, la volonté, pour ne pas me laisser abattre. Saint Michel Archange, soyez mon défenseur et mon protecteur contre les forces du Mal. Me confiant en l'intercession du Bienheureux Archange Saint Michel, je Vous supplie, Seigneur, Père, Fils et Saint Esprit, de m'accorder la grâce...

  3. Réciter ensuite la prière attribuée à chaque jour (voir ci-dessous).

  4. Terminer en récitant un « Pater noster », un « Ave, Maria » et un « Gloria Patri », suivis de l'invocation :
    « Saint Michel Archange, priez pour nous, défendez-nous !».

* * *

Premier Jour : en l’honneur des Anges.

 

Glorieux Archange Saint Michel, grand zélateur de la gloire de Dieu et protecteur de l'Église universelle, vous à qui le Tout-Puissant a confié la mission de recevoir les âmes à la sortie du corps pour les présenter au très juste Juge ; daignez me secourir dans mon dernier combat. Accompagné de mon bon Ange gardien, venez à mon aide et chassez loin de moi tous les esprits infernaux. Ne permettez pas qu'ils m'épouvantent alors. Fortifiez-moi dans la Foi, l'Espérance et la Charité, afin que mon âme, portée par vous à son juge, soit introduite aussitôt au lieu du repos, pour y régner éternellement avec son Rédempteur, dans la société des Esprits bienheureux.
Ainsi soit-il.

 

Deuxième Jour : en l’honneur des Archanges.

Archange Saint Michel, qui avez pour mission de recueillir nos prières, de diriger nos combats et de peser nos âmes, je rends hommage à votre beauté, – si semblable à celle de Dieu, qu'après son Verbe éternel aucun autre esprit céleste ne vous est comparable, – à votre pouvoir sans limites en faveur de ceux qui vous sont dévots; à votre volonté, harmonieusement unie à celle du Cœur Sacré de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie, pour le bien de l'homme. Défendez-moi contre les ennemis de mon âme et de mon corps. rendez-moi sensible au réconfort de votre assistance invisible et les effets de votre vigilante tendresse.
Ainsi soit-il.

 

Troisième Jour : en l’honneur des Principautés.

Ô Saint Michel, Prince trois fois saint de la Milice sacrée, chargé par Dieu d'organiser et conduire les phalanges angéliques, très digne de tout culte, de toute louange et de tout éloge : éclairez mes sens intérieurs, fortifiez mon pauvre cœur agité par les tempêtes de cette vie, élevez vers les hauteurs de la céleste sagesse mon esprit incliné vers les choses de la terre ; affermissez mes pas chancelants et ne permettez pas que j'abandonne le sentier qui conduit aux Cieux ; guérissez les plaies de mon âme ; faites disparaître la trace de toutes les souffrances qu'engendrent en moi mes misères et mes malheurs.
Ainsi soit-il.

 

Quatrième Jour : en l’honneur des Vertus.

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, afin que nous ne périssions pas au jour du redoutable jugement. prince très glorieux, souvenez-vous de nous, partout et toujours. Quand vous combattiez le dragon, on entendit dans le ciel la voix de ceux qui disaient : « Salut, honneur et gloire au Dieu Tout-Puissant ! » La mer se souleva, la terre trembla, quand vous descendîtes du Ciel, venez au secours du peuple de Dieu.
Ainsi soit-il.
 


Cinquième Jour : en l’honneur des Puissances.

Saint Michel Archange, vous que la sainte Église vénère comme son gardien et protecteur, à vous le Seigneur a confié la mission d'introduire dans la Céleste Félicité les âmes rachetées. Priez donc le Dieu de paix d'écraser Satan sous nos pieds afin qu'il ne puisse plus retenir les hommes dans ses chaînes et nuire à l'Église. présentez au Très-Haut nos prières, afin que, sans tarder, le Seigneur nous fasse Miséricorde. Vous-même, saisissez le dragon, l'antique serpent, qui est le diable et Satan, et jetez-le enchaîné dans l'abîme, pour qu'il ne séduise plus les nations.
Ainsi soit-il.

 

Sixième Jour : en l’honneur des Dominations.

Ô vous, qui êtes le prince et le Porte-Étendard des bons Anges, assistez-moi toujours dans votre bonté et sauvez-moi. Des légions de l'ange des ténèbres préservez-moi, afin que, sous votre conduite, je partage la lumière des bons Anges. Devant le trône du Juge Suprême, soyez mon défenseur, plaidez ma cause et conjurez la colère du Juste Vengeur. Que, par vous, à mes travaux, à mon repos, à mes jours et à mes nuits soit donnée la prospérité ; que ma pensée soit toujours prête pour les œuvres de Dieu.
Ainsi soit-il.

 

Septième Jour : en l’honneur des Trônes.

Grand défenseur du peuple chrétien, Saint Michel Archange, pour remplir dignement la mission qui vous a été confiée de défendre l'Église, terrassez l'hérésie, exterminez les schismes et confondez l'incrédulité. Multipliez vos victoires sur les monstres infernaux qui veulent détruire notre Foi. Que l'Église de Jésus-Christ accueille de nouveaux fidèles et s'agrège des royaumes entiers afin qu'elle puisse peupler le Ciel d'âmes élues, pour la plus grande Gloire du Divin Rédempteur, à qui vous-même devez vos triomphes, vos mérites et votre éternelle félicité.
Ainsi soit-il.

 

Huitième Jour : en l’honneur des Chérubins.

Saint Michel, Prince de la Milice des Anges, je vous invoque, exaucez-moi. Je vous supplie de prendre mon âme, au dernier jour, sous votre très sainte garde et de la conduire au lieu de rafraîchissement, de la paix et du repos, où les âmes des saints attendent dans la joie ineffable le jugement à venir et la gloire de la résurrection glorieuse. Que je parle ou me taise, que je veille, que je marche ou me repose, gardez-moi dans l'accomplissement de toutes mes œuvres, dans tous les actes de ma vie. Préservez-moi des tentations des démons et des peines de l'enfer.
Ainsi soit-il.

 

Neuvième Jour : en l’honneur des Séraphins.

Prince très Glorieux de la Milice Céleste, Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat contre les princes et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants répandus dans l'air. Venez au secours des hommes que Dieu a faits à l'image de Sa propre Nature, et rachetés à grand prix de la tyrannie du démon.
Ainsi soit-il.

trois lys d'or.jpg


17/09/2015
7 Poster un commentaire

Messe à l'intention de la Confrérie Royale et de ses membres, ce vendredi 11 septembre 2015

Ce vendredi 11 septembre 2015, Monsieur l'Abbé L. de Saint-Taurin, en déplacement, fera étape au Mesnil-Marie afin d'y célébrer, à 13 h, la Sainte-Messe : cette Messe sera offerte pour la Confrérie Royale et pour ses membres.


Malgré l'éloignement géographique, vous êtes invités à vous y unir par l'intention et la prière...

 

Messe.av.Marie.04-dec-w.jpg

Seigneur Jésus,
je m'unis à Votre sacrifice perpétuel, incessant, universel.
Je m'offre à Vous pour tous les jours de ma vie et pour chaque instant du jour,
selon Votre très sainte et très adorable volonté.
Vous avez été la victime de mon salut, je veux être la victime de Votre amour.
Agréez mon désir, acceptez mon offrande, exaucez ma prière :
que je vive d'amour, que je meure d'amour
et que le dernier battement de mon coeur soit un acte du plus parfait amour.

 

(acte d'offrande de Sainte Thérèse Couderc)


11/09/2015
6 Poster un commentaire

Domine, salvum fac Regem !

Domine, salvum fac Regem, et exaudi nos in die qua invocaverimus Te.
Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto.
Sicut erat in principio et nunc et semper et in saecula saeculorum.
Amen.

Seigneur, sauvez le Roi, et exaucez-nous au jour où nous Vous invoquerons.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles.
Ainsi-soit-il.

 

Cette prière est constituée du dixième et dernier verset du psaume XIX. 
Ce verset a tout naturellement été utilisé dès les temps les plus anciens de la monarchie franque pour servir, dans la liturgie, de support à la prière à l'intention du Souverain.

Sous l'Ancien Régime, le "Domine, salvum fac Regem" est devenu en quelque sorte le véritable hymne royal (et de ce fait national). Mis en musique par de très nombreux compositeurs sous la forme du motet, il était interprété lors de la célébration de la Sainte Messe.

 


07/09/2015
5 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :