L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Présentation des armes de la Confrérie

CONFRERIE ROYALE

Ad pristinum Regnum restituendum

 

Armes Confrérie 2.png

 

Le 16 avril A.D. 2016

 

« Présentez… armes ! »

 

 

 

 

                            Chers Amis,

 

                   A l’approche du grand pèlerinage légitimiste Pour le Roi et la France au Puy-en-Velay début juin, en lien avec l’Union des Cercles Légitimistes de France, la Confrérie royale est enfin heureuse de vous présenter son écu, qui manifeste l’essence de sa mission.

 

         Ses fondateurs ont en effet retenu trois aspects fondamentaux, qui sont la raison d’être de cette œuvre.

 

Armes Confrérie 2.png

 

   LA CROIX : La Confrérie est tout d’abord une œuvre surnaturelle, une union et communion de prière à Dieu, aussi se range-t-elle sous la bannière de la Sainte Croix du Seigneur Jésus, le « Christ Qui aime les Francs » (cf. préambule de la Loi salique). Sa blancheur exprime la pureté à laquelle travaillent ses membres, bien conscients que la société ne sera élevée et relevée que par des Saints. En travaillant à sa propre sanctification, l’on élève ses compatriotes et toute la société.

   LE SEMIS DE FLEURS DE LYS : La Confrérie est française et royale par son objet : la prière pour le Roi et la France. Le semis « de France ancien » signifie l’héritage qu’elle puise dans les origines-mêmes du Royaume aux fonts baptismaux de Reims, héritage constitué et enrichi par la suite par toute l’histoire de notre cher pays. L’écu ainsi composé rappelle d’ailleurs des pairies ecclésiastiques (Laon et Reims).

   LA COURONNE ROYALE DE FRANCE : Cette prière de la Confrérie est surtout et avant tout réalisée par la consécration de chaque membre à la Couronne de France et à son salut. Chacun prend ainsi l’engagement de contribuer à la sanctification de sa Patrie, par le retour du Royaume des Lys à sa grande et sublime vocation chrétienne. Par « Couronne », l’on entend l’État, mais non selon la conception froide, rigoureuse et totalitaire des Jacobins : l’union de Dieu et des Francs s’incarne en effet en une personne, le dépositaire de la Couronne de France dans la droite fidélité aux Lois fondamentales du Royaume, ce que les politologues appellent « légitimisme ». Par l’application de ces Lois, la France, le Royaume Très-Chrétien, se survit et reçoit sa visibilité, à travers la personne humaine et sacrée du Roi de France, Fils aîné du Sacré-Cœur de Jésus.

   Nos frères russes exaltent la « Sainte Russie ». La Confrérie Royale travaille activement et contemplativement à la vocation de la « France sainte ».

   Cet écu étant celui d’une association, le bâton de confrérie, fleurdelisé, est posé derrière en pal.

 

Les éléments du blason se retrouvent dans l’emblème de la Confrérie, repris aux demoiselles de la Maison royale Saint-Louis de Saint-Cyr, à savoir la Croix fleurdelisée, semée de fleurs de lys, et couronnée en sa pointe supérieure. Ce symbole, portable sur les vêtements, sera peut-être prochainement proposé sur une cape ou pèlerine.

 

Croix S.-Cyr.PNG

 

 

Au cours du pèlerinage, il sera possible à tous ceux qui ont jusqu’ici manifesté leur intérêt pour la Confrérie de s’y inscrire formellement, voire de s’y associer pour ceux qui ne sont pas sujets de la Sainte Église catholique romaine. Une préparation spirituelle sera favorisée par un document qui sera mis en ligne ou envoyé à l’avance.

 

Animée et encadrée par des ecclésiastiques (prêtres et religieux) catholiques, la Confrérie royale souhaite se placer sous la haut-patronage de S.M. le roi de jure Louis XX, pour lequel elle offre quotidiennement à Dieu ses prières.

 

Le soir du samedi – jour dédié au Cœur immaculé de Marie – 4 juin – mois consacré au Sacré-Cœur de Jésus –, au sommet de Saint-Michel d’Aiguilhe, la Confrérie sera consacrée à l’Archange Gardien et Protecteur de la France, tandis que l’Union des Cercles Légitimistes de France sera également consacrée à saint Michel par son président. Dans l’esprit de l’École française de spiritualité (et précisément selon la dévotion de saint Jean Eudes), un acte de consécration au Cœur de Jésus et Marie sera solennellement prononcé devant le Très-Saint-Sacrement exposé, le dimanche de la solennité du Sacré-Cœur de Jésus.

 

En vous redisant notre profonde union dans la prière, nous vous invitons, en ce Temps pascal, à ne faire, à l’exemple des premiers Disciples, « qu’un cœur et qu’une âme » pour le salut de la France. Et que ce 16 avril, dies natalis de l’humble Bernadette Soubirous, soit pour nous gage d’une pluie de grâces sur le Regnum Galliæ, Regnum Mariæ.

 

 

Abbé Louis de Saint-Taurin +

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

 

P.S. : Nous tenons enfin à remercier chaleureusement Romain pour la réalisation graphique de l’écu, ainsi que Loïc pour celle de l’affiche du pèlerinage au Puy.



19/04/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres