L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

30 janvier : fête de Sainte Bathilde, Reine de France et moniale.

Sainte Bathilde, reine des Francs et moniale
- Fête le 30 janvier -

 

Vitrail église Ste Radegonde Poitiers - Copie.JPG

Sainte Bathilde, Reine des Francs
(vitrail de l'église Sainte Radegonde, à Poitiers) :

on voit sur la droite de la Reine (pour nous à gauche) ses trois fils : Clotaire III, Childéric II et Thierry III,
et sur sa gauche (pour nous à droite), entre autres, Saint Eloi et Saint Ouen.

 

Anglo-Saxonne de naissance (elle était probablement née en 626 mais d'autres avancent la date de 630), Bathilde fut capturée par les armées d'invasion du Danemark alors qu'elle était à peine adolescente, et vendue comme esclave à Erchinoald (ou Archambaud), Maire du palais de Clovis II, Roi de Neustrie et de Bourgogne et fils du fameux Roi Dagobert 1er. 
Elle gagna rapidement la faveur de tous, en raison de son charme, de sa beauté et se sa nature gracieuse et douce. Elle gagna aussi l'affection de ses compagnes esclaves, envers lesquelles elle témoignait de nombreuses attentions telles que le nettoyage de leurs chaussures et de leurs vêtements.

Erchinoald, impressionné par ses qualités, voulut l'épouser, mais Bathilde, alarmée par cette perspective, se déguisa avec de vieux vêtements et des haillons, et se cacha parmi les servantes du palais. 
Erchinoald, pensant qu'elle s'était enfuie, épousa une autre femme.

Elle attira toutefois l'attention du Roi Clovis II qui était à peine plus âgé qu'elle (sans doute né en 625), et qui l'épousa : en 649, la jeune esclave devint donc Reine des Francs. 
Elle donna à Clovis II cinq enfants, dont trois fils qui furent Rois après lui : Clotaire III (Roi de Neustrie et de Bourgogne), Childéric II (Roi d'Austrasie puis de tous les Francs après la mort de Clotaire III) et Thierry III (Roi de Neustrie et de Bourgogne à la mort de Clotaire III, détroné par Childéric II, puis Roi de tous les Francs à la mort de son cousin Dagobert II). 

A la mort de son époux (survenue le 31 octobre 657, alors qu'il n'avait que 22 ans), Bathilde fut nommée régente pour son fils aîné, Clotaire III, qui n'avait que cinq ans.
Elle gouverna avec compétence et sagesse pendant huit ans, ayant pour principaux conseillers Saint Éloi, évêque de Noyon, et Saint Ouen
, évêque de Rouen.

N'oubliant jamais qu'elle avait été esclave, Bathilde usa de tout son pouvoir pour soulager ceux qui étaient en captivité. A cette époque, il n'était pas rare que les plus pauvres vendissent leurs propres enfants comme esclaves quand ils n'avaient plus de ressources. Bathilde réduisit les impôts, interdit l'achat d'esclaves chrétiens et la vente de sujets francs, et déclara que tout esclave qui mettait le pied dans le Royaume serait libre, dès cet instant. 
Bathilde favorisa soutint l'Eglise de tout son pouvoir, tant en ce qui concerne l'évangélisation de ses peuples que dans ses oeuvres d'instruction et de charité. Elle favorisa la vie religieuse et fonda deux abbayes royales : celles de Corbie et de Chelles. Elle soutenait de ses largesses les abbayes royales de Saint-Denys et de Saint-Martin de Tours, les abbayes de Jumièges, de Saint-Wandrille, de Jouarre, de Luxeuil... etc. et nombre d'autres établissements ecclésiastiques et sanctuaires.
Elle fonda aussi des hospices et n'hésita pas à vendre ses bijoux pour venir en aide aux nécessiteux.
Sous sa direction, des forêts furent défrichées afin de permettre l'extension des terres agricoles. 

Quand son fils, Clotaire III, eut l'âge de gouverner lui-même, Bathilde se retira à l'abbaye royale de Chelles, qu'elle avait fondée dans la vallée de la Marne, refusant tout honneur et, comme la dernière des moniales, se soumettant en toutes choses à l'abbesse Sainte Bertille.

Elle mourut à Chelles le 30 janvier 680. A l'heure de rendre le dernier soupir, elle déclara qu'elle voyait une échelle allant de l'autel vers le ciel, et que sur celle-ci, elle se voyait elle-même montant en compagnie des anges.
Elle fut inhumée à Chelles, et non à Saint-Denis auprès de Clovis II. Vénérée dès après sa mort, son culte fut promu par les abbesses de Chelles (nombre d'entre elles étaient de la famille royale), en particulier par Sainte Gisèle, abbesse de Chelles, et soeur de Saint Charlemagne.
Quoique ses reliques eussent déjà fait l'objet d'une élévation (à peu de choses près la canonisation à cette époque), présidée par l'évêque de Paris, et de translations, Sainte Bathilde fut définitivement canonisée par le pape Nicolas II, au Xe siècle. Ses reliques furent protégées par les habitants de Chelles lors des pillages et profanations révolutionnaires, et nous ont donc été conservées.

 

Oraison de la fête de Ste Bathilde oraison.jpg

 

Traduction : « O Dieu, qui avez enseigné à la Bienheureuse Bathilde à passer de tout son coeur de la grandeur du monde à l'humilité de la Croix, accordez-nous que, par son intercession et son exemple, nous apprenions à fouler aux pieds les délices périssables de la terre, et par l'embrassement de Votre Croix nous triomphions de tout ce qui nous est contraire. O Vous qui vivez et régnez... etc. »

Détail de la statue de Ste Bathilde dans les jardins du Palais du Luxembourg (Paris).jpg

Détail de la statue de Sainte Bathilde
dans les jardins du Palais du Luxembourg (Paris)



29/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres