L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Lettre à la Confrérie


Lettre mensuelle aux membres et amis de la Confrérie - 25 juin 2019.

De la conjuration sans fin

  

L'état présent du monde, de l'Eglise, de notre pays ne manque pas d'attrister nos cœurs et d'obscurcir nos esprits. Comment garder la tête froide, conserver l'espérance, faire grandir la foi lorsque tout semble s'écrouler par pans entiers dans le fracas des rumeurs et des mensonges ? La tentation est de se recroqueviller en de petites chapelles, de cultiver son quant-à-soi, d'entretenir son pessimisme, d'annoncer l'apocalypse tout en demeurant les bras ballants. Pour ne pas sombrer, il faut regarder en arrière, se souvenir de l'histoire, celles qu'ont écrite nos aïeux, pour le meilleur et pour le pire. Car, dans le passé, se trouve la racine du mal moderne. En comprendre les ressorts permet d'être moins désarmé, de repérer l'ennemi, d'échapper à ses stratagèmes et d'organiser la contre-attaque.

                                   

Notre Seigneur ne nous a jamais promis un parcours de santé. Il ne nous a pas annoncé le plaisir à chaque tournant du chemin. Bien au contraire, Il n'a cessé de nous avertir sur ce qui attendait le disciple fidèle : renoncement, croix, rejet, persécution, mort. Pas de quoi enthousiasmer les foules, pas même celles qui se disent aujourd'hui « catholiques » et pour lesquelles la foi se résume à un menu relativiste et personnalisé où la tolérance et le vivre-ensemble prennent plus de place que l'amour de la vérité et l'exercice héroïque de la charité. Il n'a jamais proclamé que la récompense serait donnée en ce monde, et si Il a bien déclaré que les puissances de l'enfer ne prévaudraient pas contre l'Eglise, Il n'a jamais sous-entendu que cette dernière serait couronnée de lauriers par le monde qui ne pouvait et qui ne peut que la haïr. Comme nous ne sommes pas des catholiques des âges d’or de l’Église et que nous ne connaissons pas encore de persécution sanglante, nous avons pris l’habitude de nous être installés confortablement dans une foi qui ne dérange guère, qui n’est souvent que la cerise sur le gâteau, ou, pire, la cinquième roue du carrosse. Le moindre effort nous coûte et le mot même de sacrifice nous épouvante et nous dégoûte. Que nous le voulions ou non, nous sommes bien embourbés dans le monde. Un chrétien du XIIIème siècle serait bien surpris de nous découvrir car nous n’avons pas beaucoup de points communs avec lui. Y compris dans les milieux de la « tradition », les fidèles présentent souvent un vernis qu’ils confondent avec l’essence. Les structures sont faibles, la colonne vertébrale inexistante, tout l’édifice est fragilisé. A la moindre épreuve, voilà que tout s’écroule. Nous nous consumons aussi rapidement que l’étrange incendie de Notre-Dame a dévoré la cathédrale. Pourquoi donc sommes-nous si vulnérables alors que nous avons la prétention de confesser une foi identique à celle de nos pères ?

                        

Nous sommes en grande partie des héritiers inconscients du contenu de l’héritage que nous avons reçu. Tout est pêle-mêle dans le coffret remis entre nos mains, le pire et le meilleur. Nous savons bien que lorsque ces deux-là sont mélangés, le pire finit toujours par l’emporter, d’autant plus que le monde environnant n’aide pas à résister, à réfléchir, à discerner. Alors nous pataugeons comme nous pouvons, esseulés et abandonnés que nous sommes, alors que le phare romain, qui avait brillé pendant deux millénaires, s’essouffle soudain et ne brille plus que par intermittence. Il nous faut comprendre de qui et de quoi nous sommes les héritiers pour pouvoir réagir comme il se doit. Il ne s’agit pas d’être grand clerc et de décortiquer l’histoire pour que la vérité saute aux yeux. Le poète Lamartine écrivait : « Toute civilisation qui ne vient pas de l’idée de Dieu est fausse. Toute civilisation qui n’aboutit pas à l’idée de Dieu est courte. Toute civilisation qui n’est pas pénétrée de l’idée de Dieu est froide et vide. La dernière expression d’une civilisation parfaite, c’est Dieu mieux vu, mieux adoré, mieux servi par les hommes. » Cette vision est certes un peu romantique et les termes mériteraient des éclaircissements et des précisions, mais l’intuition est juste. Depuis que la civilisation n’a plus Dieu comme assise, comme guide et comme but, elle erre et elle s’étiole. Encore faut-il qu’il s’agisse du vrai Dieu, celui révélé par le Christ, et non point une mauvaise et fausse copie, une singerie diabolique, comme les dieux adorés dans les fausses religions. Nous allons dire que nous adorons vraiment Dieu, celui de la Révélation. Cela est possible, mais nous devrions y regarder à deux fois car ce Dieu a été tellement défiguré depuis plusieurs siècles dans notre pays et sur le continent européen. Robespierre lui-même croyait en Dieu et lutta contre l’athéisme révolutionnaire. Mais quel Dieu ? Un mot ne suffit pas à établir la vérité. Si l’objet de l’intelligence est mauvais, le vocabulaire aura beau être pieux, l’ensemble ne sera pas simplement vide mais également néfaste et faux. Beaucoup de personnes parlent aujourd’hui de Dieu, y compris dans les loges maçonniques. Nous ne sommes pas à une époque de vide religieux, mais plutôt de trop-plein qui est du poison. Or, la confusion semée dans les esprits en ce qui concerne Dieu ne date pas d’hier. Elle est ancienne et, comme elle vient du diable, elle a tissé patiemment sa toile, durant des siècles, passant inaperçue très longtemps, puis s’imposant tout à fait. En fait, il existe une conjuration qui a pris racine dès la fin du Moyen Age et qui n’a cessé de prendre de l’embonpoint. Certaines saines réactions l’ont parfois réduite au silence quelque temps, la poussant à un régime amaigrissant, mais, rapidement elle a repris du poids dès que l’occasion s’en présentait. Cette conjuration est celle dirigée contre la religion catholique (pas d’abord le christianisme mais le catholicisme romain). Deux civilisations sont face à face : la catholique, et l’autre qui n’existe qu’en opposition avec la première et toujours sur les ruines de la première car elle est incapable de créer quoi que ce soit par elle-même. Le Malin ne peut rien inventer, rien produire, rien construire. Il singe et il parasite. La civilisation moderne a surgi et n’a survécu, grassement, que comme corps étranger s’incrustant dans un corps sain, la civilisation chrétienne (catholique uniquement, puisque toute l’Europe n’est ce qu’elle est que grâce au travail de l’Église, de ses moines, de ses théologiens, de ses artistes).

                                       

La fin dernière de l’homme est la félicité, comme l’a si bien décrit Bossuet dans ses Méditations sur l’Evangile. Ce bonheur ne se trouve qu’en Dieu, tel est le programme des Béatitudes. L’Église n’a jamais enseigné un autre message, jusqu’à ce qu’elle se laisse séduire par les sirènes de la civilisation moderne qui, elle, affirme que le bonheur est dans la jouissance personnelle. D’un côté, le mérite pour le salut éternel, de l’autre, le plaisir éphémère pour une satisfaction terrestre. Il faut choisir entre les deux. Le problème est que, surtout depuis la Renaissance, puis la secousse de l’hérésie protestante, et encore plus la Révolution fille des Lumières et de la franc-maçonnerie, le message est brouillé au sein de l’Église où tant se sont laissé tromper et ont décidé, d’abord avec le modernisme puis avec le concile Vatican II, de rendre hommage au monde et de déposer les armes. Ce furent les épousailles de la carpe et du lapin. Un tel couple est stérile et celui des deux qui est pur perd son innocence en se livrant à l’autre. Le Syllabus de Pie IX a parfaitement souligné ces aberrations et il est plus que jamais d’actualité car il dénonce les erreurs qui ont fructifié à notre époque. Le P. Pierre de Clorivière, jésuite de l’ancienne Compagnie survivant dans le tumulte de la Révolution, écrivait en 1794 dans ses Vues sur l’avenir : « Le grand effort de l’enfer, maintenant surtout, tend à séparer l’homme de Jésus-Christ, à le mettre dans l’inimitié de Jésus-Christ. Tous les biens que Dieu a faits à l’homme, c’est en vue de Jésus-Christ qu’Il les a faits. Jésus-Christ est le flambeau du monde. En s’écartant de Lui, les peuples, comme les individus, se replongent dans les ténèbres. Il en sera toujours ainsi. » Du trouble intellectuel causé par la querelle des universaux à la fin du Moyen-Age, à l’amour immodéré de l’antique et de l’homme à la Renaissance avec Pétrarque, Alberti, Erasme même, à l’hérésie de Luther et de Calvin, aux philosophes des Lumières, Rousseau aussi bien que Voltaire, à l’instauration des loges maçonniques, à la grande Révolution et aux petites qui vont suivre, tout se tient par un fil invisible au début, puis de plus en plus net : la haine du catholicisme et le souhait de le remplacer par une nouvelle religion, au départ encore chrétienne par certains aspects, puis totalement étrangère. Notre religion moderne, héritière de cette conspiration, est le moi, d’ailleurs souvent et de plus en plus indifférencié dans la masse, dans la nasse des moi qui s’additionnent, se confondent mais qui ont la prétention de se suffire à eux-mêmes, d’être maîtres de leur origine et de leur fin. Le bonheur n’est plus réduit qu’à une somme indéfinie, infinie de plaisirs médiocres ou franchement mauvais qui sont déclinés jusqu’à la nausée. L’homme moderne est riche et malheureux. Ce n’est même plus la civilisation moderne, qui comportait en elle des idées chrétiennes devenues débridées, mais une société post-contemporaine composée d’invertébrés déprimés parce que gavés.

                                        

 

Personne ne peut dire qu’il n’est pas, peu ou prou, tributaire de cette nouvelle manière d’être (ou de ne pas être). Nous sommes tous touchés par le poison ; le seul remède est une vigilance de chaque instant et une exigence envers soi-même qui ne laisse la porte ouverte aux influences pourries. Travail titanesque, héroïque ? Plus que cela : travail de la sainteté, c’est-à-dire l’abandon de sa volonté propre à l’oeuvre de la grâce. La seule richesse qui importe est l’homme intérieur. Tout le reste passe et ne laisse aucune trace. Quelle est notre priorité ? Celle de plaire au monde ou celle de vivre déjà de la vie éternelle ? Le choix demande des sacrifices. Le royaume des cieux n’est pas de ce monde, mais nous pouvons vivre ici-bas comme un préambule pour le royaume qui ne passe pas.

 

 

P.Jean-François Thomas s.j.

S. François Caracciolo

4 juin 2019

                             

 

Le Greco - adoration du St Nom de Jésus.jpg

                    

Le Greco : l'adoration du Saint Nom de Jésus

 


21/06/2019
0 Poster un commentaire

Lettre du 25 mai

Lettre du 25 mai
aux membres et amis
de la Confrérie royale
 

Notre-Dame,
de l’incendie inattendu
au relèvement espéré

 
 
Les images de la charpente en feu de la cathédrale-basilique Notre-Dame de Paris, en ce début de Semaine Sainte, restent gravées dans nos esprits. Un curé parisien nous confiait récemment que les prêtres de la capitale ne s’en sont toujours pas remis. C’est l’église paroissiale de nos Rois, Saint-Germain-l’Auxerrois, qui accueillera  ordinairement – en attendant la reconstruction – Mgr l’archevêque de Paris.
 
En 1846, Notre-Dame apparut à La Salette en pleurs. En 2019, elle se contemple en feu.
 
Beaucoup d’entre nous l’ont ressenti instinctivement, cet événement a valeur de signe, comme le soulignait avec beaucoup d’à-propos un évêque français. Et entendant la réaction émue, télédiffusée « en direct », de l’archiprêtre-recteur (que ne juge aucunement, n’ayant pas été à sa place) attendant de pouvoir au Paradis demander au Seigneur : « Pourquoi ?! », je repensais aux avertissements de Notre-Seigneur : « Comme Jésus s'en allait, en sortant du Temple, Ses disciples s'approchèrent pour Lui en faire remarquer les constructions. Mais Il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée » (Matth. XXIV, 1-2) et « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur Moi ; mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants » (Luc. XXIII, 28). Comme j’eusse souhaité que sur les images diffusées, l’on entendît un prêtre ou un évêque appeler enfin le monde à la conversion et à la pénitence, comme Notre-Dame ne cesse d’y appeler apparition après apparition ! Mais comme pour les inhumations, nos pasteurs semblent ne jamais savoir profiter des occasions pour ramener les âmes à l’essentiel, en la gravité des heures que nous vivons : « Au temps favorable je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut » (II Cor. VI, 2).
 
Notre question, à nous Catholiques, ne doit pas être « Pourquoi ?! », mais « Jusqu’à quand ?! » (Is. VI, 11). Étant donné la gravité des offenses faites à Dieu, j’en viens même à m’étonner que nous ne subissions pas de plus rudes châtiments. Jusqu’à quand supporterez-vous, Seigneur, tant d’attaques contre Votre Nom, contre Votre Église, tant de trahisons au sein-même de Votre Église ? Usquequo Domine ? Réveillez-vous et vengez Votre Nom, mais en même temps, épargnez et convertissez Votre peuple !
*
Non signe de la « fin des temps », mais signe emblématique, résumé formidable de ce que vit non seulement la Sainte Église (l’une de ses ennemies l’a souligné), mais également la France et la société contemporaine tout entière, avec une édifice en feu à son sommet (ses élites ou prétendues telles), s’écroulant par endroits dans la nef des simples fidèles – et jusqu’à la flèche centrale majestueuse, porteuse de la Croix et de précieuses reliques, Dieu merci sauvées –, tandis que continue de se dresser une façade qui, sans recul, nous cacherait toute la misère intérieure devant laquelle les spectateurs ne pouvaient rester qu’effarés et impuissants. Car les scandales à la tête de l’État (des États) comme de l’Église sont à l’instar des démons : légion.
*
Abasourdis, oui, mais totalement impuissants ? Non, car ces Catholiques agenouillés spontanément pour réciter leur rosaire – la seule grande prière délivrée par le Ciel pour nous prémunir contre les maux matériels et spirituels de cette vie – sont l’honneur du bon sens réflexe des jeunes fidèles laïques du Christ de notre époque.
 
De même, « l’aumônier des pompiers de Paris, l’abbé Fournier, ce héros du Bataclan et de la guerre en Afghanistan, après avoir sauvé la couronne d’épines, est retourné dans le brasier pour aller mettre les hosties contenues dans le tabernacle de l’autel dédié à saint Georges (celui qui terrasse le dragon) à l’abri et, avec elles, bénir la cathédrale en flammes. Les drones qui ont survolé Notre-Dame, pendant le sinistre, ont fait briller dans la nuit des ténèbres une croix rouge comme le sang, qui illuminait Paris. Le plan sur lequel est bâti la cathédrale est, à lui seul un témoignage de la foi des artistes anonymes qui nous légué un tel héritage » (F. Schwerer, source).
 
Dès le début de l’incendie, notre Roi intervint lui aussi aussitôt pour se dire « attristé et très ému de voir Notre Dame de Paris en proie aux flammes, le joyau de notre patrimoine, point de départ de toutes les routes de France », et s’exclamer, comme seul un Capétien peut encore se le permettre : « Sainte Geneviève, patronne de Paris, sauvez Notre-Dame et ses trésors ». Le fils de saint Louis pensait bien sûr à la Sainte Couronne d’Épines et à la tunique du bon roi, et le recours à l’intercession de l’amie de notre premier roi n’étonnera plus les Français, émerveillés et édifiés par la piété de leur Roi très-chrétien en chaque occasion, à tel point que les impies lui reprochent de ne venir en France que pour honorer son Dieu. Mais Henri V, le vénéré Comte de Chambord, baptisé en cette même cathédrale comme le rappelait opportunément le Cercle légitimiste de Normandie, ne nous enseignait-il pas qu’« Il faut pour que la France soit sauvée, que Dieu y rentre en maître pour que j'y puisse régner en roi » ? Louis est bien le digne successeur d’Henri. A l’endroit-même où la flèche s’est effondrée, que le baptême du 1er mai 1821 soit, pour son bicentenaire, le gage d’une conversion sincère de notre France et d’une restauration glorieuse et complète, des familles aux institutions en passant par les corps intermédiaires !
 
 
 
Dans son message pour le saint jour de Pâques, S.M. le Roi s’adressait ainsi à ses sujets :
 
« Mes chers compatriotes,
En ce jour où toute la Chrétienté célèbre dans la joie et l’Espérance la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ, comment ne pas vous souhaiter une joyeuse et belle fête de Pâques !
La Semaine Sainte a pourtant commencé de manière terrible par le tragique incendie de Notre Dame de Paris qui nous a tous profondément bouleversés. Dieu merci, la cathédrale a survécu à ce déluge de feu et d’eau. Et ses principaux trésors ont été miraculeusement épargnés, en particulier la couronne d’épines, la tunique de Saint Louis, le maitre-autel de Louis XIV, les rosaces...et bien d’autres encore. Et si la charpente et la flèche se sont effondrées sous l’assaut violent des flammes, les murs eux ont tenu. 
Au-delà des signes et des symboles que nous pouvons y voir, c’est vraiment toute la France qui a tremblé saisie d’émotion pour ce joyau qui fait partie de notre Histoire, de notre patrimoine.
[…] Et que ce brutal événement nous soit une incitation à convertir nos cœurs, à les dépouiller du superficiel, à les ramener à l’essentiel. Que le Christ règne sur nos cœurs apaisés et que Notre-Dame qui est la Reine de France, protège le peuple de France qu’Elle affectionne tant ! »
 
Louis le Juste (13e du nom) parle encore en la personne de l’aîné de ses fils, lui le roi sacré et « évêque du dehors », qui se reconnaissait la mission de travailler à ce « que nous puissions arriver heureusement à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés ».
               

Et Notre-Dame (l’édifice), qu’est-elle sinon le monument de la piété de nos rois envers Notre-Dame (la personne), seule Première Dame de France ? Plus précisément, elle est l’ex-voto du Vœu de Louis XIII, le grand roi ayant promis d’édifier un maître-autel en perpétuel hommage à sa consécration à l’auguste Mère de Dieu, et Louis-Dieudonné l’ayant (tel Salomon pour David) édifié, le père et le fils se faisant respectivement représenter à sa gauche et à sa droite. 
 
« Nous avons cru être obligés, écrivait Louis XIII, nous prosternant aux pieds de sa majesté divine que nous adorons en trois personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée Croix, où nous vénérons l'accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en notre chair, de nous consacrer à la grandeur de Dieu par son Fils rabaissé jusqu'à nous et à ce Fils par sa mère élevée jusqu'à lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n'étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de le porter, les rendront hosties agréables, et c'est chose bien raisonnable qu'ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces ».
 
Français, ne vous lassez pas de relire et redire ces lignes immortelles, gravées dans le marbre de Notre-Dame et dans chacun de nos cœurs : 
 
« A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets
la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, 
que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire
Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l'église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre ».
*
 
Les démons ne supportent pas ce lien unissant la France à la Bienheureuse Vierge Marie, mais ils ne pourront jamais rien faire contre lui ; la France n’a été consacrée que tard au Sacré-Cœur de Jésus, et par un Louis XVI prisonnier au Temple, ayant perdu le pouvoir ; mais l’acte en bon et due forme qu’est l’édit de Saint-Germain, signé le 10 février 1638 – et pour lequel avait été retenue cette année la date d’un pèlerinage jubilaire à Notre-Dame de Grâces à Cotignac –, lui, a non seulement eu pleine vigueur depuis le début, mais continue de l’avoir à travers les temps, les peuples de France retrouvant la joie de la fidélité aux processions du 15 août. Que la prochaine fête de l’Assomption de Notre-Dame (et de son entrée dans la gloire) nous voie donc redoubler de ferveur : de même que le Christ, en Son Ascension – fête que la Confrérie royale célèbre chaque année au Puy, auprès de la Reine de France –, entraîne après Lui tous les membres de Son Corps mystique au Ciel, de même le 15 août, c’est de manière particulière tout le Regnum Galliae, Regnum Mariae qui s’apprête à prendre son élan vers Dieu, en cette fête que Pie XI a consacrée comme fête patronale de la France, le 2 mars 1922, dans l’encyclique Galliam, Ecclesiae filiam primogenitam, par ces paroles : 
 
« Après avoir pris les conseils de Nos vénérables Frères les cardinaux de la sainte Eglise romaine préposés aux Rites, motu proprio, de science certaine et après mûre délibération, dans la plénitude de Notre pouvoir apostolique, par la force des présentes et à perpétuité, Nous déclarons et confirmons que la Vierge Marie Mère de Dieu, sous le titre de son Assomption dans le ciel, a été régulièrement choisie comme principale patronne de toute la France auprès de Dieu, avec tous les privilèges et les honneurs que comportent ce noble titre et cette dignité. 
De plus, écoutant les vœux pressants des évêques, du clergé et des fidèles des diocèses et des missions de la France, Nous déclarons avec la plus grande joie et établissons la Pucelle d’Orléans, admirée et vénérée spécialement par tous les Catholiques de France comme l’héroïne de la patrie, sainte Jeanne d’Arc, vierge, patronne en second de la France, choisie par le plein suffrage du peuple, et cela encore d’après Notre suprême autorité apostolique, concédant également tous les honneurs et privilèges que comporte selon le droit ce titre de seconde patronne », 
 
et nous commémorerons notre héroïne dans exactement une semaine au Puy (le 30 mai étant occupé cette année par la fête de l’Ascension du Seigneur, et le 31 par celle de la Royauté de Marie) ; 2019 est d’ailleurs le 590e anniversaire de la grande épopée de Jehanne, de Domrémy (janvier) à Reims (17 juillet).
 
Le pape de la fête du Christ Roi rappelle enfin que « Les Pontifes romains Nos prédécesseurs ont toujours, au cours, des siècles, comblé des marques particulières de leur paternelle affection la France, justement appelée la fille aînée de l’Eglise » ; et « il est certain, selon un ancien adage, que « le royaume de France » a été appelé le « royaume de Marie », et cela à juste titre ».
*
 
Les Ecclésiastiques à la mode ont voulu, depuis cinquante ans, pour se « rapprocher des fidèles » de la nef, « sortir le sacré » du sanctuaire pour le célébrer désormais au transept, le chœur laudis perennis (de la louange pérenne) perdant ainsi sa raison d’être en disparaissant liturgiquement. C’est malheureusement tout un bouleversement, tout un désordre qui s’est emparé de la sainte Liturgie, dans toutes nos églises, de la cathédrale de la capitale à la plus petite des chapelles de nos villages, au point de ne même plus respecter les « lieux sacrés » et la raison d’être de leur construction (cf. chaires, jubés, confessionnaux, stalles, maître-autel). Alors que seul le nouvel autel « d’art contemporain » a été détruit par l’effondrement de la flèche, les éboulements ont épargné au sanctuaire et au chœur : Piéta (Stabat Mater… la Mère se tenait debout), maître-autel, stalles des chanoines (mais non les deux orgues du chœur).
*
Tous ont été marqués par cette Mère des Douleurs tenant dans ses bras Son Fils mort, au pied d’une Croix resplendissant à travers les ténèbres. Cela est le bel enseignement qui doit « nous parler » au milieu du drame qui s’est joué, il y a 2000 ans comme le 15 avril dernier, mais également à travers tous les scandales qui salissent dans les media le visage de notre Sainte Église, et dans la vie de tous les jours, les âmes, les esprits et les corps de nos contemporains.
 
« Quand les pompiers ont pu enfin entrer dans le fond de la nef, ils ont pu constater et montrer au monde entier que la grande croix dorée qui surmontait l’autel, la piéta, les statues de Notre-Dame n’avaient pas été abîmées. Notre Dame, toujours debout au pied de la croix. En découvrant ces images, l’artiste qui avait sculpté cette magnifique croix glorieuse, Marc Couturier, a été très étonné de la voir si brillante : C’est mystérieux, c’est très étrange ! Car elle n’est pas éclairée… cette lumière qui émane de la croix, c’est étonnant… Elle remplissait son devoir : resplendir dans la nuit et dans le chaos » (source).
*
A l’opposé de l’immédiateté et des courts mandats affectionnés par le démocratisme, notre Prince voit loin et sait que « Paris ne s’est pas faite en un jour », que la France que nous connaissons a été laborieusement édifiée par plus d’un millénaire de sage gouvernement de nos rois.
 
« Que le peuple de France, conduit par les architectes des bâtiments de France et des monuments historiques, s’appuyant sur le professionnalisme exceptionnel de nos corps de métiers restaure à présent patiemment Notre-Dame, en prenant le temps comme meilleur allié, pour lui rendre sa splendeur, dans l’esprit de Foi et de sacrifice qui était celui de ses bâtisseurs, nos ancêtres ».
 
Car le successeur de nos Rois voit plus loin que ces occupants ne voyant pas plus loin que leur quinquennat (après eux – voire sous eux – le déluge !, et en l'occurrence : de feu, quand on fait la liste de toutes nos églises brûlées ces derniers temps) ; l’aîné des Capétiens va à l’essentiel, à ce que doit viser tout principe architectonique, tout prince, tout chef : l’ordre harmonieux de l’ensemble, le Bien commun, pour lequel se battent les derniers vrais défenseurs de la Chrétienté, de l’ordre temporel chrétien fidèle aux traditions légitimes, sous le drapeau immaculé et fleurdelysé de leur monarque : « Souhaitons que cette unité d’une nuit, restaurée quelques instants autour de ce qui constitue le départ de toutes les routes de France, de ce qui en est le cœur spirituel et culturel, puisse régner durablement, plus forte que les divisions qui nous minent trop souvent » et qui sont décidément une tare so frenchy... A Pellevoisin, notre Mère du Ciel s’était elle aussi penchée sur les défauts des fils de son Royaume de prédilection, en disant à Estelle Faguette : «Tu as bien le caractère du Français ; il veut tout savoir avant d'apprendre et tout comprendre avant de savoir » (9 septembre 1876).
 
De même qu’il n’est besoin d’être « complotiste » pour ne pas croire à l’accident (ravageant avec tant de rapidité une structure solide ayant traversé les siècles, à l’étonnement des architectes, salués par le Prince bien que soigneusement éloignés des plateaux…), de même nous savons que le « profit à tout prix » prépare depuis quelques années une restructuration de l’Île de la Cité. Prions et travaillons pour que le régime en place n’enlaidisse pas une fois de plus les joyaux de notre Histoire, ainsi que notre cadre de vie tout simplement ! Et souvenons-nous qu’un ministre de l’Intérieur a osé dire en présence de clercs que Notre-Dame n’était pas une cathédrale : elle risque de devenir le jouet de drôles de bienfaiteurs, pour comme le redoutent certains, devenir le signe de la 3e spoliation… N’est-ce pas en effet devenu une « tradition républicaine », se répétant tous les cent ans (1790, 1905, 2019) ? Les destructions régulières et transformations de nos églises, après avoir été volées par l’État et les communes, sont un scandale dont se rend malheureusement complice une partie de notre clergé. Dans trop de nos villages, nous voyons des paroissiens (heureusement non majoritaires mais malheureusement « aux postes ») se battre pour que l’église demeure fermée, favoriser les visites et orchestres la transformant en musée et salle de concert, se plaindre du retour au culte : que la cathédrale-basilique de la capitale ne devienne pas une salle « multicultuelle » comme dans les aéroports, ce qui est l’abomination de la désolation.
*
Me permettrez-vous pour conclure de paraphraser notre Souverain en élargissant sa prière à toutes nos provinces ?
 
Que le peuple de France, conduit par les architectes que furent, que sont et que seront nos Rois, s’appuyant sur le professionnalisme exceptionnel de nos Lois fondamentales et des « organismes brisés par la Révolution » (S. Pie X : encyclique Notre charge apostolique, 25 août 1910), restaure à présent patiemment le Royaume de Notre-Dame, en prenant le temps comme meilleur allié, pour lui rendre sa splendeur, dans l’esprit de Foi et de sacrifice qui était celui de ses bâtisseurs, nos ancêtres !
 
« En conséquence, Nous prions Dieu, auteur de tous les biens, que, par l’intercession de ces deux célestes patronnes, la Mère de Dieu élevée au ciel et sainte Jeanne d’Arc, vierge, ainsi que des autres saints patrons des lieux et titulaires des églises, tant des diocèses que des missions, la France catholique, ses espérances tendues vers la vraie liberté et son antique dignité, soit vraiment la fille première-née de l’Église romaine ; qu’elle échauffe, garde, développe par la pensée, l’action, l’amour, ses antiques et glorieuses traditions pour le bien de la religion et de la patrie » (Pie XI).
 
Et la Fille aînée-consort de l’Église Romaine ne retrouvera pleinement ce titre d’honneur que le jour où elle aura retrouvé son mystique époux, le Roi Très-Chrétien, le jour où celui-ci recevra à Reims l’anneau symbolisant cette union et l’alliance bimillénaire de Dieu et de la France.
 
Ô Notre-Dame, célébrée ce 24 mai comme Auxiliatrice, Secours des Chrétiens, venez à l’aide de vos enfants, aidez-les à reconstruire la Chrétienté – l’ordre social chrétien – et sa clef de voûte, la Royauté Très-Chrétienne.
 
Abbé Louis de Saint-Taurin +

24/05/2019
4 Poster un commentaire

C’est en passant par la croix que nous pourrons connaître la résurrection pour l’Eglise, pour la France, et pour nous-mêmes dans la vie éternelle.

Lettre mensuelle aux membres et sympathisants
de la Confrérie Royale

25 avril 2019

                                                                                              

Chrishall (Essex) église de la Ste Trinité.jpg

                                      

« C’est en passant par la croix que nous pourrons connaître la résurrection pour l’Eglise, pour la France, et pour nous-mêmes dans la vie éternelle. » 

                                                                   

En ces jours où nous fêtons avec allégresse la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ, je vous invite à remonter le temps pour se retrouver un peu moins de 2000 ans en arrière. Nous sommes sur le Golgotha, ou encore appelé « Lieu du Crâne ». C’est la neuvième heure, selon la façon de compter des juifs de cette époque, soit quinze heures pour nos horloges actuelles. Trois hommes pendent à des croix, selon le supplice terrible et déshonorant en vigueur dans l’Empire pour les criminels n’étant pas citoyens romains. Les suppliciés sont déjà morts. Au pied de la croix centrale se trouve un petit groupe de personnes qui pleurent, trois femmes et un jeune homme. Cette croix, c’est bien celle de Jésus de Nazareth, Celui qui avait fait tant de miracles, qui était considéré comme un prophète et même comme le Messie pour beaucoup de juifs. Quelques jours auparavant, une grande foule l’avait acclamé alors qu’Il entrait dans Jérusalem monté sur un âne, accomplissant parfaitement les Ecritures :

                                                            

Tressaille d'une grande joie, fille de Sion ! Pousse des cris d'allégresse, fille de Jérusalem ! Voici que ton Roi vient à toi; Il est juste, lui, et protégé de Dieu ; il est humble; monté sur un âne, et sur un poulain, petit d'une ânesse. (Zacharie 9, 9)

                                                      

Les juifs étaient dans l’admiration de ce Jésus au charisme tel qu’Il pouvait, simplement en le demandant, faire qu’un pêcheur laisse sa barque, son filet, et avec cela toute sa vie passée, pour le suivre et devenir son disciple. Ce Jésus qui parlait avec une autorité jamais connue auparavant, qui connaissait le sens profond des Ecritures, chassait les démons, rendait la vue aux aveugles ou encore guérissait les lépreux. Sa puissance était telle qu’Il était allé jusqu’à ressusciter un mort en la personne de son ami Lazare, en criant devant le tombeau où ce dernier était déjà depuis quatre jours : « Lazare, sors! » (Jean 11, 44). C’est d’ailleurs ce dernier miracle extraordinaire qui avait définitivement déterminé le Sanhédrin à mettre Jésus à mort. Car il faut le dire, Notre Seigneur gênait certaines personnes et était déroutant pour beaucoup. Bien sûr, ces principaux ennemis étaient les scribes et les pharisiens dont Il avait plusieurs fois dénoncé l’hypocrisie. Ceux-là avaient été scandalisés par certaines de Ses paroles, comme ce fameux passage de l’Evangile où Jésus donne une nouvelle interprétation à certains préceptes de la loi de Moïse. « Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens […] Et moi, je vous dis » (Matthieu 5, 21-22). Comment cet homme osait parler ainsi ? Comment osait-Il se dire Fils de Dieu ? Ces juifs si attachés à la Loi et la transcendance absolue du Dieu unique ne pouvaient accepter que quelqu’un parle de la sorte.

                                                                

Même ses disciples avaient du mal à comprendre ce qu’était et voulait vraiment Jésus. Alors qu’Il était au sommet de sa gloire au moment de l’entrée à Jérusalem, voilà qu’Il avait des propos étranges :

                                                           

En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; Mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie, la perdra; et celui qui hait sa vie en ce monde, la conservera pour la vie éternelle. (Jean 12, 24-25)

                                                               

Pour les disciples et les juifs qui acclamaient notre Seigneur, tout était prêt pour restaurer le royaume de David avec Jésus comme roi. Mais ce n’était pas du tout ce chemin qu’allait emprunter notre Divin Maître. Et nous nous retrouvons donc quelques jours plus tard au pied de cette croix. Jésus est mort. Pour les disciples, tout est perdu. Ils sont déçus, abattus et dans la peur, cette peur qui a poussé Pierre à renier trois fois Celui qu’il aimait tant. Cette peur qui obligea les apôtres à rester enfermés durant trois jours.

                                                        

Crucifixion  -Durham St Margaret of Antioch  Crucifixion by Burlison and Grylls - Copie (2).jpg

 

                                                         

Il faut se figurer cet état des apôtres, fait de tristesse et d’espérances évanouies. Ne nous rappelle-t-il pas le notre face à l’état actuel de l’Eglise ou de la France ? Tout nous semble perdu, le monde a oublié Dieu, a oublié même ce qu’est l’homme au plus profond de lui-même. L’homme moderne court après des chimères que sont les divertissements et les plaisirs faciles. Il ne tient plus compte de l’héritage que lui ont légué ses ancêtres et pense qu’il peut lui-même définir tout ce qu’il est : sa religion, sa patrie, son sexe, etc. L’Eglise semble aller à sa perte, que ce soit par le nombre de ses fidèles en Occident ou par la décrépitude morale, doctrinale et liturgique dans laquelle elle semble plongée. Selon les mots de Benoît XVI « le navire a tant pris l’eau qu’il est sur le point de chavirer. » La France s’éloigne de jour en jour de ce qu’elle est ontologiquement, l’alliance entre les Francs et l’Eglise, continuée dans l’œuvre admirable des Capétiens qui ont construit patiemment un pays chrétien, puissant et heureux. Aujourd’hui, elle est plus que jamais déchirée dans les querelles partisanes, s’enfonce dans l’insécurité et la dépression, tandis que ses « élites » politiques continuent inlassablement de la vendre en pièces détachées, s’obstinant à renoncer à son essence chrétienne et royale en s’acharnant à alimenter la machine révolutionnaire mise en route en 1789.

                                                            

Le tableau est bien noir, en effet. L’espoir d’un relèvement prochain est plus que timide. Si beaucoup de Français voient qu’il y a de gros problèmes dans notre pays, peu en connaissent les raisons profondes. Et cela restera le cas, tant qu’ils ne se tourneront pas vers l’Espoir de tout relèvement : Jésus-Christ. Car, comme vous le savez, l’événement auquel nous avons assisté dans notre voyage dans le temps au début de cette lettre ne se termine pas ainsi. Trois jours après ce drame de la croix, au petit matin, sans trompette, sans grande manifestation, dans le silence, un linceul avait été déposé, une pierre avait été roulée, un tombeau s’était vidé. Jésus apparaissait à quelques femmes puis à ses apôtres, à quelques personnes choisies pour assister à l’événement central de l’histoire du monde. Qui de nous aurait procédé de la sorte ? C’est bien cela le problème de nos désespérances. « Tu n'as pas le sens des choses de Dieu, mais celui des choses des hommes » (Matthieu 16, 23) disait Jésus à saint Pierre. Combien de fois notre Divin Maître pourrait-il nous faire ce reproche ? Combien de fois réduisons-nous Dieu à notre façon de penser et à nos petits schémas ? « O profondeur inépuisable et de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables et ses voies incompréhensibles ! » dit saint Paul (Romains 11, 33). Pour sauver l’homme pécheur, condamné à la mort éternelle, Dieu choisit la croix et une résurrection silencieuse. Or, les hommes, et d’autant plus ceux d’aujourd’hui, ne veulent pas de la croix. Elle était un scandale pour les juifs, une folie pour les païens, elle est aujourd’hui à oublier, telle nombre des calvaires érigés par nos ancêtres devant lesquels tant de personnes passent dans l’indifférence la plus grande. Et les chrétiens n’en veulent plus non plus. Ils ne veulent plus de sacrifices, plus du Sacrifice. Ils n’ont pas compris que c’est sur ce Bois que naissent les bourgeons qui deviendront les fleurs de la résurrection. Il n’y a pas d’autre chemin :

                                               

« Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renonce lui-même, qu'il prenne sa croix et me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la trouvera. »

(Matthieu 16, 24-25)

                                                     

Comme le grain de blé, nous devrons mourir pour porter du fruit : mourir à notre volonté propre, à la chair, au monde. C’est en passant par la croix que nous pourrons connaître la résurrection pour l’Eglise, pour la France, et pour nous-mêmes dans la vie éternelle. Et cette résurrection, contrairement à la parousie, ne sera pas forcément teintée d’une gloire visible et spectaculaire. Elle se fera peut-être dans le silence d’un pâle matin de printemps, au moment où personne ne l’attendait et n’y était préparé. Car Ses pensées ne sont pas nos pensées, et nos voies ne sont pas Ses voies (Isaïe 55, 8).

                                             

Abbé F. Sauvigny

                                                          

Jésus ressuscité -   Resurrection by Kempe  St Andrew West Wratting Cambridgeshire.jpg


24/04/2019
3 Poster un commentaire

Message du Prieur de la Confrérie Royale à l'occasion de la Semaine Sainte et des célébrations pascales :

On ne restaurera pas le Royaume des Lys par d'autres moyens que ceux que Dieu a utilisés pour son établissement ! 

 

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7814867_201807242906523.png

 

Message du Prieur de la Confrérie Royale

à l'occasion de
la Semaine Sainte et des célébrations pascales

 

Vendredi de la Passion 12 avril 2019,
Commémoraison solennelle de la Compassion de Bienheureuse Vierge Marie.

 

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,
Chers Fidèles,
Membres et Amis de la Confrérie Royale,

                            

 

« La foi nous apprend, mes frères, et nous sommes fortement convaincus qu'un jour le Christ est mort pour nous : le Juste pour les pécheurs, le Maître pour des esclaves, le Libre pour des prisonniers, le Médecin pour ses malades, le Bienheureux pour les infortunés, le Riche pour les pauvres, pour les égarés Celui qui courait à leur recherche, le Rédempteur pour ceux qui s'étaient vendus, le Pasteur pour son troupeau, et, ce qui est plus admirable encore, le Créateur pour sa créature, ne perdant rien toutefois de ce qu'Il est éternellement, tout en donnant ce qu'Il S'est fait dans le temps ; invisible comme Dieu et visible comme homme, donnant la vie à cause de Sa puissance et acceptant la mort à cause de Sa faiblesse, immuable dans Sa divinité et passible dans Son humanité. Mais, comme s'exprime l'Apôtre : « S'Il a été livré pour nos péchés, Il est ressuscité pour notre justification » (Rom. IV, 25). Vous savez parfaitement que cela ne s'est accompli qu'une fois. Or, quoique toutes les voix de l'Écriture publient que cet événement ne s'est accompli qu'une fois, cette solennité le ramène, à des temps révolus, comme s'il avait lieu souvent. Toutefois il n'y a pas opposition entre la réalité et la solennité ; l'une ne dit pas vrai pour faire mentir l'autre, mais ce que l'une représente comme n'étant arrivé qu'une fois effectivement, l'autre le rappelle aux cœurs pieux pour le leur faire célébrer plusieurs fois » (Saint Augustin - sermon CCXX pour la veillée de Pâques au §1).

 

Nous allons une fois encore entrer dans la "grande Semaine", ainsi que l'appelaient nos pères dans la foi.
Nous voici aux portes de l'événement majeur de toute l'histoire de l'humanité.
Nous voici arrivés au point culminant de notre année liturgique.

Tant de choses ont été dites et écrites depuis près de deux-mille ans à ce sujet, que je n'ai nulle prétention à faire œuvre d'originalité en m'adressant à vous ce jour d'hui.

Mais s'il est une chose que je dois dire et redire inlassablement, c'est que c'est l'amour de notre divin Rédempteur que nous devons considérer en ces jours, auquel nous devons nous attacher, à travers lequel nous devons regarder toutes les réalités d'ici-bas, et au moyen duquel il nous faut juger de toutes choses : un amour pleinement surnaturel qui ne s'attache en rien à répondre aux prétentions et préventions de la nature, un amour pleinement surnaturel qui est ordonné aux seules réalités éternelles, un amour pleinement surnaturel qui ne se satisfait pas de demi-mesures, un amour pleinement surnaturel qui va jusqu'au bout de ses excès de compassion et de générosité, un amour pleinement surnaturel qui ne s'économise en rien, un amour pleinement surnaturel dont la Croix est à jamais le signe !

Que la générosité de Notre-Seigneur se donnant tout entier "usque ad mortem, mortem autem Crucis : jusqu'à la mort, et la mort de la Croix", soit l'unique point de référence - le modèle et la norme - de notre engagement dans cette Confrérie Royale

Car « [Le Christ] n’a pas annoncé pour la société future le règne d’une félicité idéale, d’où la souffrance serait bannie ; mais par Ses leçons et par Ses exemples, Il a tracé le chemin du bonheur possible sur terre et du bonheur parfait au ciel : la voie royale de la croix. Ce sont là des enseignements qu’on aurait tort d’appliquer seulement à la vie individuelle en vue du salut éternel ; ce sont des enseignements éminemment sociaux et ils nous montrent en Notre-Seigneur Jésus-Christ autre chose qu’un humanitarisme sans consistance et sans autorité » (Saint Pie X, encyclique "Notre charge apostolique" du 25 août 1910).
La restauration d'un ordre temporel accordé aux desseins providentiels de Dieu sur ce Royaume de France, accordé à la volonté divine qui a si merveilleusement œuvré à l'établissement de notre royauté chrétienne traditionnelle - cette royauté qui demeure malgré tout le modèle inégalé de toutes les royautés chrétiennes dans le monde entier -, nécessite toujours plus de générosité.

En effet, je ne cesse de le dire et vous me l'entendrez dire encore de nombreuses fois, on ne restaurera pas le Royaume des Lys par d'autres moyens que ceux que Dieu a utilisés pour son établissement, c'est-à-dire la conversion profonde des esprits, des mentalités, des cœurs et des mœurs, et par la collaboration active et généreuse de nombreux saints à la geste de Dieu.

Cette humble Confrérie est au service de cette restauration ; elle est au service du Règne de Dieu sur la terre ; elle œuvre autant qu'elle peut à la sanctification de ses membres pour qu'ils deviennent de fidèles instruments de la grâce divine pour le rétablissement d'un ordre social conforme à la Sainte Loi de Dieu, et cette sanctification ne peut se faire sans une union de plus en plus grande au divin Cœur de Notre-Seigneur, qui a été ouvert et révélé sur la Croix. 

Puisse donc la générosité de Jésus-Christ en Sa bienheureuse Passion, être l'exemple amoureusement suivi par tous les membres de cette Confrérie !
La joie de la Résurrection ne peut être qu'à ce prix, et la joie de la résurrection de la France catholique et royale pour laquelle nous sommes engagés dans un combat spirituel sans merci ne peut être elle-aussi qu'à ce prix.

 

A vous tous, mes très chers Amis"ma joie et ma couronne" (Phil. IV, 1) -,
je souhaite une bonne, belle, fervente et très généreuse Semaine Sainte
et de très joyeuses fêtes pascales !

 

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7475328_201712014129914.jpg

 

Important :
Si vous n'êtes pas encore inscrit au Pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay,
il est important de le faire sans retard !
Voir > ici


12/04/2019
4 Poster un commentaire

Lettre mensuelle aux membres de la Confrérie (25 mars 2019)

2.jpg

Saint Dismas : le héraut de la Royauté du Christ

 

Le 25 mars se célèbre une double Annonciation : premièrement l’annonce de l’avènement du Sauveur délivrée par l’archange Gabriel à la bienheureuse Vierge Marie, et secondement l’annonce par Notre-Seigneur de l’entrée en Paradis du bon larron. L’annonce du Salut universel, et l’annonce d’un Salut particulier. Trente-trois années séparent ces deux événements-clefs de l’histoire du Salut, lesquels réjouissent notre cœur parce qu’ils nous incitent ensemble à la confiance.

 

         C’est que, en effet, la Tradition nous rapporte que le Vendredi-Saint « tombait » cette année-là un 25 mars ; d’où le principe d’une année jubilaire au Puy-en-Velay lorsque le Vendredi-Saint coïncide avec la fête de l’Annonciation. Et c’est avec émotion que nous nous souvenons des grâces reçues lors du pèlerinage organisé par la Confrérie royale en 2016 − le premier d’une longue liste, s’il plaît à Dieu.

 

2.jpg

Les yeux de Dismas s’ouvrent in extremis

 

Dismas est un bandit, le chef d’une troupe de malfaiteurs, que la justice des hommes a condamné à mort. Mais la justice de Dieu se fait « plus humaine » en quelque sorte, en faisant miséricorde aux pécheurs sincèrement repentis. Dans les premières heures au Golgotha ce Vendredi-Saint, Dismas n’est pourtant pas encore redevenu un enfant de chœur…

 

Notre-Seigneur, crucifié entre les deux malfrats en accomplissement de la prophétie d’Isaïe[1], est insulté par ceux qui assistent à la terrible scène. Même « ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient aussi », nous précise l’évangéliste S. Marc (XV, 31). Ces insultes qui jaillissent du cœur et des lèvres des passants et des soldats, voilà qu’elles vont encore empoisonner le cœur de l’autre larron, Gestas, et lui salir les lèvres. Car lui aussi fera chorus avec les ennemis du Christ. Loin d’avoir raison, il a « ses » raisons : condamné, il voudrait être libéré ; supplicié, il cherche désespérément la délivrance ; sur le point de mourir, il réclame obstinément la vie. Et Jésus ne s’était-il pas proclamé la Vie (cf. Jn XIV, 6) ?

 

Le drame qui se joue sous les yeux de tous se ramène à cette question : oui ou non, Jésus est-il celui qui a ouvert les yeux de l’aveugle-né, tiré Lazare de la tombe après quatre jours… ? Ayant accompli tant de miracles sur les autres, le moment n’est-il pas venu d’en faire un pour lui-même ? Si tout ce que l’on a raconté sur lui est exact, qu’attend-il alors pour « se tirer d’affaire », lui et ses compagnons d’infortune ? « Medice, cura te ipsum : médecin, guéris-toi toi-même ! » (Lc IV, 23) : n’est-ce pas un dicton cité de la bouche même de Notre-Seigneur ?

 

Au fond, Gestas réclame « les signe dans le ciel et les miracles sur la terre » (Ac II, 12), non pas tant pour croire, mais pour échapper à la mort qui s’abat sur lui. C’est un hurlement de bête fauve blessée et qui voudrait, avant l’assaut final, pouvoir au moins mordre et se venger. C’est pourquoi le mauvais larron redouble d’insultes envers l’Innocent. Loin de le déifier, il le défie : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même et nous avec ! » (Lc XXIII, 39).

 

Pourtant, la grâce de Dieu agit même dans les terres les plus infertiles. Dismas, bien qu’il ait suivi jusque-là l’exemple de son triste camarade, se reprend bien vite. C’est qu’il a vu le visage du Christ, atrocement douloureux et pourtant majestueusement paisible et beau. Il entend Jésus pardonner à ses bourreaux. De son visage et de son attitude se dégage une majesté surhumaine.

 

Dismas réalise alors qu’il s’agit, non pas d’un vulgaire bandit de grand chemin, mais du Juste persécuté, du Serviteur de Dieu outragé, de l’innocente Victime. Malgré les injustices qu’a pu commettre Dismas jusqu’ici, un fond d’équité demeure en sa conscience, qui le presse de réparer le tort que souffre Jésus suite à la méchanceté des hommes. Alors, s’adressant à Gestas, il l’admoneste en protestant : « Tu n’as même pas crainte de Dieu, toi qui subis le même sort ! Pour nous, c’est justice : nous payons nos actes ; mais lui n’a rien fait de mal ! » (Lc XXIII, 40-41).

 

2.jpg

Le Titien : le Christ & le Bon Larron (XVIe s.)

 

Voici alors que le sursaut de droiture du bon larron est suivi d’un acte de foi qui s’exprime en une humble prière. Le respect de la justice et sa crainte de Dieu ont manifesté que Dismas demeurait une âme de bonne volonté. Comment alors la grâce ne pourrait-elle opérer en ce cœur bien disposé ? Aussi le brigand implore-t-il : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume ! » (Lc XXIII, 42).

 

Remarquons-le d’abord : il appelle le Christ par son nom, il lui dit : « Jésus », et en même temps il le proclame Seigneur, en évoquant son Royaume. Or, nous dira S. Paul, « Nul ne peut dire ‘‘Jésus est le Seigneur’’ si ce n’est par le Saint-Esprit » (I Cor. XII, 3). Animé et conduit par l’Esprit de Dieu, il est donc déjà devenu fils de Dieu (cf. Rm VIII, 14), et par conséquent héritier du Royaume, cohéritier du Christ. « Souffrant avec celui-ci, il sera glorifié avec lui » (Rm VIII, 17). Aussi, lorsque tout à l’heure, Jésus lui dira qu’il sera avec lui en Paradis, le Sauveur ne fera que confirmer la justification qui vient de s’opérer en l’âme du bon larron. La grâce, certes, a prévenu celui-ci, mais en lui elle n’a pas été vaine ; il l’a acceptée et s’est laissé transformer par elle.

 

2.jpg

Sa foi a vu ce que ses yeux de chair n’avaient pas voulu voir durant sa vie

 

Le larron dit encore : « Souviens-toi de moi… ». Il ne réclame pas une place de choix, un privilège, un bonheur, mais seulement une pensée du Christ, un souvenir, une fidélité, une intercession ; il se satisferait d’un strapontin malcommode, même tout au fond du Paradis, pourvu qu’il y soit admis. Comme le publicain qui n’osait pas lever les yeux et se frappait la poitrine, il implore seulement de ne pas tomber dans l’oubli du Roi des Cieux : « Selon ta miséricorde, souviens-toi de moi ! » demandait déjà le Psalmiste (Ps. XXIV, 71). Dismas ne désire ni plus, ni moins. « N’oublie pas cette âme pour toujours, Seigneur », supplie l’Église sur le cercueil d’un Chrétien. Le bon larron emploie le même langage. Il connaît sa misère profonde, sa perversité foncière : il n’est pas digne d’obtenir plus, une simple pensée de pitié de la part de Jésus glorifié lui suffit.

 

« Quand tu seras dans ton royaume ». Peu avant, devant Pilate, Jésus a déclaré : « Tu l’as dit, je suis Roi. Mais mon royaume n’est pas de ce monde » (Jn XVIII, 36-37). Le procurateur, pourtant si avisé en politique humaine, n’a rien compris à cette affirmation émise par la Sagesse incarnée. Les soldats romains se sont moqué du titre revendiqué par Jésus et ont tourné en dérision le « roi des juifs » qu’ils ont recouvert d’une fausse pourpre comme manteau royal, d’un roseau en guise de sceptre, et d’une couronne d’épines à la place d’un diadème. Et sur la croix du Sauveur, ils ont placé un écriteau qui se veut outrageant à la fois pour les juifs et pour leur prétendu monarque.

 

Or, quand tous se rient de ce roi démuni, un seul, en toute honnêteté, confesse loyalement la souveraineté du Rédempteur, le tire sacré du « Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (Ap. XIX, 16). Celui-ci, assurément, ne siège pas encore sur un trône de gloire, mais sur le bois d’une ignominieuse croix. Mais déjà a été donnée au larron l’intelligence de l’au-delà du Calvaire : la Passion et la mort du Christ ne sont pour Jésus, en effet, qu’une étape vers la Résurrection et la gloire éternelle. Per Crucem ad Lucem : la Croix conduit à la lumière.

 

Dismas ignore la nature de ce royaume, mais il a confiance. D’autres ont vu des prodiges du Christ ; lui n’a eu en spectacle que les insultes et les tourments. Et cependant, au-delà de ce voile, il aperçoit la réalité du règne du Sauveur. « Nous espérions qu’il serait le rédempteur d’Israël » soupireront les disciples d’Emmaüs (Lc XXIV, 21). Saint Augustin les admonestera : « Cet espoir que vous avez perdu, ce larron l’a découvert et c’est la Croix qui est son école et là, le Maître a instruit le brigand. Le gibet où Il pend devient pour lui la chaire où Il enseigne » (sermon 234).

 

Et pendant que le bon larron proclame la divinité du Christ, où sont passés les Apôtres ? Où est leur valeureux chef qui s’exclamait la veille au soir : « Dussé-je mourir avec toi, non, je ne te renierai pas ! » (Mt XXVI, 35) ? Et cependant, il leur était si bon de demeurer auprès de Notre-Seigneur lorsqu’il leur montrait sa divinité au jour de la Transfiguration ! Son humanité défigurée est-elle un spectacle si effrayant pour qu’ils aient tous pris la fuite, hormis saint Jean ?

 

Il est si aisé de demander d’accompagner Jésus dans la gloire, comme le fait la mère des fils de Zébédée réclamant pour ses enfants : « Ordonne que mes deux fils que voici soient assis, dans ton royaume, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche » (Mt XX, 21). La réponse du Christ tient en ces termes : « Qu’ils boivent d’abord le calice auquel je dois boire ! Avant d’être assis à mes côtés, qu’ils soient cloués avec moi… » Oui, il nous est bon d’être avec Notre-Seigneur lorsque tout va bien, mais savons-nous demeurer à ses côtés dans les souffrances ?

 

2.jpg

Le doux regard du Christ ne peut laisser indifférent : il pénètre notre âme

 

« Aujourd’hui, tu seras avec moi en Paradis… » : voilà la promesse en retour. « Aujourd’hui, s’écriait magnifiquement Bossuet, quelle promptitude ! Avec moi, quelle compagnie ! Au Paradis : quelle béatitude ! ». Notre-Seigneur lui attribue la même récompense qu’il avait promise à ses Apôtres : « Vous, vous êtes ceux qui sont demeurés constamment avec moi dans mes épreuves ; et moi je vous attribue la royauté comme mon Père me l’a attribuée, afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume » (Lc XXII, 28-30).

 

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, demande Notre-Seigneur, et le reste vous sera donné par surcroît » (Mt VI, 32). Pourtant, ce n’est pas « d’abord » que le bon larron a cherché ce Royaume, mais in fine. C’est l’« ouvrier de la onzième heure » de la parabole (cf. Mt XX, 1-16), lequel sera payé le même prix que ceux qui ont souffert le poids du jour et la chaleur du soleil…

 

Cette attitude nous révèle ce grand principe si réconfortant que, dans notre vie spirituelle, « il n’est jamais trop tard » ! « Celui-là a tout volé, commente avec humour S. Augustin, même son Ciel ! » Tenez, le grand Augustin justement : sainte Monique n’a-t-elle pas supplié avec tant de larmes la conversion de son fils qui tardait à s’opérer ?

 

Ces conversions subites, tant dans nos saints Évangiles que dans toute l’histoire de l’Église, nous incitent à demander avec plus de ferveur la conversion de la France, devenue infidèle à sa mission. Le grand Pape S. Pie X n’avait-il pas prophétisé son relèvement ? « Comme Saül, elle se relèvera en découvrant qu’elle persécutait Jésus » ; et à sa question : « Seigneur, que voulez-vous que je fasse », le Christ répondra : « Lève-toi, lave-toi des souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, Fille aînée de l’Église, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, mon Nom devant tous les peuples et devant les rois de la terre »[2].

 

Les deux larrons symbolisent ainsi les « deux France » : la persécutrice, la fille de Satan, la mère du laïcisme… et la pénitente, la fille de l’Église, le « phare des nations » (Jean-Paul II). Pour nous aussi le royaume de France est méconnaissable, défiguré. En voyant le triste état dans lequel elle gémit, aurons-nous autant de foi que Dismas pour entrevoir la gloire du royaume à travers les traits douloureux du supplice ?

 

2.jpg

On peut voir en la basilique romaine Sainte-Croix-de-Jérusalem la traverse de la croix de Dismas (debout à gauche)

 

Le XXe siècle est le siècle qui a proclamé les deux plus grands titres de gloire de Notre-Seigneur et de sa sainte Mère : l’institution de la fête liturgique du Christ Roi de l’Univers (1925), et la définition du dogme de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie (1950). Quand la France jouira-t-elle à son tour de son titre de gloire ? Les temps ne sont-ils pas enfin venus de lui rendre son roi légitime ? Comme nous le chanterons bientôt aux Rameaux : « Portes, ouvrez-vous, que le roi de gloire fasse son entrée ! » (Ps. XXIV, 7).

 

Chers membres et amis de la Confrérie Royale, à nos yeux aussi le royaume de France est souillé et semble anéanti. Mais le Vendredi-Saint ne nous enseigne-t-il pas que c’est lorsque tout semble perdu que tout est restauré ? Alors redoublons d’efforts pendant ce Carême, ranimons notre Vœu de consécration, dans lequel nous puisons une force persévérante pour offrir nos sacrifices, nos peines et nos actions à cette noble et belle intention de la restauration aussi bien que de la sanctification de l’Aîné des Bourbons. Méditons sans cesse cet axiome selon lequel « la force des méchants vient de la faiblesse des justes ».

 

2.jpg
Dieu le Père donnant et bénissant les armes de France (Détail des Heures de Bedford, 1415)

 

En célébrant aujourd’hui la fête de l’Annonciation, nous revivons cet instant crucial où, dans un silence profond, toute l’humanité est suspendue aux lèvres de la jeune Vierge : Marie prononcera-t-elle ce Fiat libérateur ?

 

« Quand tout s’écroule, écrivait Dom Gérard du Barroux, il est bon de revenir à l’essentiel ; et l’essentiel, n’est-ce pas l’irruption de Dieu dans notre monde tel qu’il est ? Car au temps d’Hérode, le monde n’était guère différent du nôtre : la nature humaine ne change pas ; la maladie du péché ne change pas non plus. » En répondant oui, « Marie fonde l’Incarnation, Marie fonde l’Église, Marie fonde le Paradis. ‘‘Ecce ancilla – Fiat’’ : parole de servante, timide et auguste, qui fit trembler l’empire de Satan, parole apparentée au premier Fiat de la Création qui, comme elle, marque un commencement absolu. Parole inaugurale d’un univers plus parfait que l’ancien, redite par des milliers de bouches, qui fait de nous, en Marie, les coopérateurs de Dieu. »[3]

 

Par notre engagement solennel de réciter, trois fois par jour, la belle prière de l’Angélus qui nous remémore cet événement décisif et résume tout notre Credo, nous implorons de la Reine de France sa protection pour que, « sous une si puissante Patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu’il jouisse longuement d’une bonne paix ; que Dieu soit servi et révéré si saintement que nous […] puissions arriver à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés » (Vœu de Louis XIII, 1638).

 

Ô bon larron, vous qui avez humblement accueilli dans votre âme ce regard sanctifiant de Jésus sur la Croix et avez été l’annonciateur de l’avènement de son Royaume, priez pour que la France reconnaisse le Christ comme son Roi, et en appelle à son « lieutenant sur la terre » (sainte Jeanne d’Arc) pour la rediriger dans les voies du Salut. C’est toute la foule des saints français qui supplie : « Ô Jésus, souvenez-vous de la France lorsque vous entrerez en votre Paradis ! ».

 

R.P. Clément de Sainte-Thérèse +

 

 

[1] Cf. Mc XV, 27-28 : « Ils crucifièrent avec lui deux voleurs, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche. Ainsi fut accomplie l’Écriture qui dit : ‘‘Il a été mis au rang des scélérats’’ (Is. 53, 12) ».

[2] Allocution du 29 novembre 1911.

[3] Dom Gérard, Benedictus, t. 1, Paris, éd. Ste-Madeleine, 2008, pp. 359-361.


24/03/2019
6 Poster un commentaire

"Ceux qui sont au Christ ont crucifié la chair avec ses vices et ses concupiscences" (Gal. V, 24).

- 25 février 2019 -

 

Lettre mensuelle aux membres et amis
de la Confrérie Royale

 

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7927888_201810252156664.png

 

"Ceux qui sont au Christ ont crucifié la chair avec ses vices et ses concupiscences"
(Gal. V, 24)

 

Lundi 25 février 2019,
Anniversaire de l'exécution de Jean-Nicolas Stofflet
à Angers (25 février 1796).

 

Du fait du péché originel, l'homme a perdu l'empire de l'esprit sur son corps, sur ses propres sens, sur sa chair : de là découlent toutes les mauvaises tendances qui nous poussent vers ce qui est bas, vers ce qui est défendu par la sainte loi de Dieu, vers ce qui peut nous conduire à notre perte éternelle.
Saint Paul lui-même en faisait l'humble aveu : "Je sais que le bien n'habite pas en moi, c'est-à-dire en ma chair (...). Ainsi le bien que je veux, je ne le fais point ; mais le mal que je ne veux pas, je le fais" (Rom. VII, 18-19).
Cependant, il nous faut être certain que Dieu Notre-Seigneur, qui veut ardemment notre salut et nous l'a prouvé en envoyant Son Fils en ce monde afin de S'y offrir en sacrifice pour notre rédemption, nous donne toutes les grâces pour vaincre nos mauvaises inclinations.
Mais, ainsi que l'exprime magnifiquement Saint Augustin, "Celui qui t'a créé sans toi, ne te sauvera pas sans toi !" : si la grâce nous est donnée, elle doit rencontrer notre propre consentement et notre collaboration volontaire. A la grâce toute puissante de Dieu, mais infiniment respectueuse de notre liberté, doit correspondre notre effort. Et notre effort  doit précisément consister dans la pratique de la mortification volontaire : "Ceux qui sont au Christ ont crucifié la chair avec ses vices et ses concupiscences" (Gal. V, 24).

   

La mortification corporelle n'a pas pour but d'imposer au corps gênes et privations pour le plaisir de le faire souffrir, mais pour le discipliner et vaincre toutes ses tendances désordonnées qui s'opposent à la vie de la grâce. Saint Paul nous en avertit avec force : "Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si, par l'Esprit, vous mortifiez les œuvres de la chair, vous vivrez" (Rom. VIII, 13).

   

Il s'agit donc de mettre un frein et de juguler nos inclinations au mal afin de prévenir les chutes ; il s'agit d'émonder les rameaux inutiles ou nuisibles pour éviter les déviations ; il s'agit de diriger fermement vers le bien des forces qui, laissées à leur propre mouvement, nous conduiraient au péché.
Ainsi, la mortification corporelle, qui n'est jamais une fin en elle-même et qui n'est pas non plus l'élément principal de la vie chrétienne, doit cependant y occuper une place fondamentale. La fin ultime sera toujours la perfection de la charité surnaturelle, mais dans les moyens mis en œuvre pour y parvenir la mortification corporelle demeure un moyen indispensable sans lequel la vie selon l'esprit n'est pas possible : "Si vous ne faites pas pénitence, vous périrez tous" (Luc XIII, 5) nous a dit Notre-Seigneur Lui-même sans détour.
Personne ne peut échapper à cette loi de notre condition terrestre, de notre condition chrétienne, sans risquer de voir se fermer l'accès au salut éternel et à la sainteté. Saint Paul, qui avait tant enduré et souffert pour Notre-Seigneur, ne s'en estimait pas dispensé et, dans l'épître que l'Eglise nous a donné à entendre le dimanche de la Septuagésime, il le rappelle avec énergie : "Je traite durement mon corps et je le tiens en servitude, de peur qu'après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même réprouvé !" (1 Cor. IX, 27).

          

Chers membres de la Confrérie Royale, chers amis et sympathisants de la cause légitimiste, ce serait une illusion profonde et une erreur funeste que de s'imaginer pouvoir faire quelque chose de véritablement profitable au Royaume de France et à son Souverain légitime en dehors des voies que Notre-Seigneur et Ses saints apôtres nous ont si clairement indiquées, en dehors des voies de la pénitence !
Chers membres de la Confrérie Royale, chers amis et sympathisants de la cause légitimiste, ce serait une illusion profonde et une erreur funeste que de penser que la restauration des desseins de Dieu sur la France pourra s'accomplir sans des efforts toujours plus généreux pour tendre à la perfection, pour se sanctifier, pour correspondre toujours plus exactement - chacun - à la grâce de Dieu Notre-Seigneur, et donc sans embrasser avec une générosité toujours plus grande les voies de la pénitence et de la mortification volontaire !

      

Nous sommes aujourd'hui à huit jours de l'entrée en Carême.
Ce temps de pénitence, institué par les saints apôtres et qui nous est prescrit par la Sainte Eglise, doit être un temps de pénitence personnelle, en rapport avec notre propre combat spirituel, en correspondance avec nos nécessités individuelles dans notre chemin de sanctification et de correspondance à la grâce, bien sûr !
Mais "toute âme qui s'élève élève le monde" (Elisabeth Leseur) et il nous faut donc avoir une conscience suraigüe que nos combats personnels ont un impact sur l'ensemble du Corps mystique de Notre-Seigneur qu'est la Sainte Eglise, ont un impact sur l'ensemble du Corps mystique du Royaume de France - le Royaume de Dieu en France par la royauté très chrétienne que Dieu Lui-même a voulue - pour lequel nous combattons avec les armes de la pénitence et de la mortification.

Au-delà donc de la nécessité de travailler plus intensément à notre amendement et à notre sanctification, ne perdons jamais de vue que, par nos engagements dans cette petite milice spirituelle pour le Roi et la France, notre Carême et nos mortifications sont des actes de chouannerie contre la révolution diabolique, des faits d'armes contre l'occupant qui désole et ravage la terre des Lys depuis plus de deux siècles, des batailles qui sont livrées pour le triomphe du "Christ qui aime les Francs" (cf. prologue de la loi salique) et de son lieu-tenant en terre, aujourd'hui Sa Majesté le Roi Louis XX.

       

En face de tels enjeux, qui d'entre vous, rechignera à se montrer toujours plus généreux et plus persévérant dans les pénitences et les mortifications quadragésimales ?

       

Point n'est besoin de développer davantage.
C'est maintenant à chacun d'entre vous de voir, honnêtement, en conscience en face du saint Crucifix et des Lys outragés depuis trop longtemps, quelles résolutions il va prendre... et surtout tenir, pendant la sainte quarantaine qui vient.

                   

En union de combat et d'espérance,
dans le Cœur de Jésus et Marie.

                                

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
prieur

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7475328_201712014129914.jpg

Nota :
Pour aider votre réflexion et le choix de vos résolutions de Carême, il ne sera peut-être pas inutile de relire ces textes :
- Petit catéchisme sur le carême et la pénitence > ici
- Rappel des observances originelles du carême > ici
Et certains d'entre vous souhaiteront peut-être aussi s'abonner aux méditations quotidiennes que - comme chaque année - je propose pendant le saint temps du carême, voir > ici


24/02/2019
2 Poster un commentaire

Épiphanie, fête du Roi.

Lettre mensuelle
aux membres et sympathisants
de la
Confrérie Royale
pour le
25 janvier 2019

      

Adoration des mages.jpg

      
Quelques jours après avoir fêté la Sainte Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, sa Sainte et Universelle Royauté se manifeste et les hommes sont invités à venir honorer et adorer ce Roi d’Amour. Épiphanie, cela signifie manifestation. Lorsque vous lirez cette lettre du 25, chers amis, la fête liturgique de cette manifestation aura déjà eu lieu. Mais en notre âme, cette manifestation doit être perpétuelle, sans interruption. Épiphanie, la fête où l’on voit des hommes rois plier les genoux devant le Roi Dieu, Divin Enfant, l’Enfant Roi.


Quelle importance et quelle grandeur avait cette fête par le passé, elle était entourée d’une gloire toute spéciale. L’étoile, reflet de lumière conduit les hommes à la source de toute lumière, Jésus-Christ, Lumière née de la Lumière. L’Enfant Roi vient éclairer nos ténèbres. Aujourd’hui comme hier, l’Épiphanie reste un grand jour. En ce jour, le Chrétien doit être dans l’allégresse, car les rois mages vont à la crèche porter des voeux et des présents en signe d’adoration au Roi pacifique.

 

Carl Van Loo Adoration des Mages - détail.jpg

 

L’Épiphanie peut être l’occasion pour nous de méditer encore un peu plus sur la royauté de Notre Seigneur.
L’origine de la royauté de Notre Seigneur n’est pas la même que la royauté des princes de la terre. C’est d’en haut que Notre Seigneur tient son pouvoir qui n’a rien d’humain, et qui est beaucoup plus grand et plus éclatant, nous dit saint Jean-Chrysostome. Ainsi, l’origine du royaume du Christ est céleste et il existe avant tous les siècles. « Son royaume n’est soumis ni aux lois du temps, ni aux imperfections de notre humanité » précise encore saint Jean-Chrysostome.


Si son origine est bel et bien céleste, la royauté de Jésus-Christ n’est pas étrangère à la direction du monde. Jésus-Christ a voulu venir en ce monde pour le racheter, et le trône que le monde a offert à ce Roi d’amour n’est autre que la Croix. Dressée sur le monde, la Croix est aussi l’étendard sous lequel la royauté spirituelle du Christ s’étend à tout l’univers. Ce royaume spirituel de la Chrétienté, c’est l’Église, l’Épouse Reine.


Le ministère du royaume est confié non aux rois terrestres mais aux prêtres, et principalement au Grand-Prêtre, successeur de Pierre, Vicaire du Christ, le Pontife Romain, auquel tous les rois de la Chrétienté doivent être soumis comme à Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même. (Paraphrase de Saint Thomas, de Regno)


Pour ce qui regarde les frontières, le royaume du Christ les ignore : « Il dominera d’une mer à l’autre, du Fleuve aux extrémités de la terre. Devant lui se prosterneront les habitants du désert, et ses ennemis mordront la poussière. » Quels sont les ennemis que le royaume de Jésus-Christ doit affronter ? C’est le laïcisme et l’indifférentisme des sociétés, c’est le relativisme et l’athéisme des États, c’est l’apostasie des nations,… Ces terribles ennemis militent pour le royaume de Satan et sont guidés par les puissances de ténèbres.


La royauté est l’apanage de Jésus-Christ non seulement comme Dieu, mais aussi comme Homme-Dieu.


Il est le roi messianique dont parle le prophète Daniel (Da 7,14) « Il lui a été donné pouvoir, honneur et royauté et tous les peuples, toutes les tribus, toutes les langues le serviront. » Remarquons que ce n’est qu’au Christ dans son humanité que nous pouvons attribuer au sens propre le pouvoir, l’honneur et la royauté ; car comme Verbe de Dieu, tout lui est commun au Père et au Saint-Esprit. La suprême royauté, Notre Seigneur l’a détient par droit de nature, Il est l’Homme-Dieu. Il la détient aussi par droit de conquête. C’est à ce double titre que Notre Seigneur possède la souveraineté absolue. Et ayant été racheté par le sang du Christ, nous ne nous appartenons plus.


« Les rois de Tharsis et des îles paieront des tributs ; les rois de Saba et de Méroé offriront des présents. Tous les rois se prosterneront devant lui… » (psaume 71) Jusqu’en l’an 1378, un usage voulait que le Roi très chrétien vienne à l’offrande présenter comme les rois mages de l’or, de l’encens et de la myrrhe, comme un tribut à l’Emmanuel, nous apprend Dom Guéranger.

 

711151_613608_Jezulatko.jpg

Du ciel à la terre, le Divin Roi veut conquérir tous les hommes et les amener en son domaine.


De son origine spirituelle, le royaume de Jésus-Christ s’incarne dans le temporel. Dès ici-bas, l’Église Corps mystique et Epouse Reine n’a d’autre fin que de conduire tous les hommes là où se manifestera éternellement la Royauté de l’Époux, dans le ciel de la béatitude. « Mais puisque l’homme n’atteint pas sa fin, qui est la fruition, la jouissance de Dieu, par une vertu humaine, mais par une vertu divine, conduire à cette fin n’appartiendra pas à un gouvernement humain, mais à un gouvernement divin, nous dit Saint Thomas d’Aquin (de Regno) et le docteur poursuit : « Un gouvernement de ce genre revient donc à ce roi, qui est non seulement homme, mais encore Dieu, c’est-à-dire à Notre Seigneur Jésus-Christ, qui, en faisant les hommes fils de Dieu, les a introduits dans la gloire céleste. »


Avec la royauté spirituelle de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous sommes sous l’emprise du règne de la vérité ; comme sujets de cette royauté, nous avons des devoirs envers elle.


Notre Seigneur Jésus-Christ étant Lui-même la vérité, Il doit régner sur les intelligences humaines. C’est de lui que les hommes doivent recevoir la vérité et l’accepter docilement. Ce règne s’étend sur les volontés humaines, car le Christ nous soumet une morale qui doit nous pousser à être ses imitateurs : « Soyez parfaits ». Jésus-Christ, est aussi le Roi des coeurs. Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi des rois et Seigneur des seigneurs. (Apocalypse XIX, 16) Plaçons-nous tous sous son étendard !


Obéissons à notre Chef, obéissons à ses lois car Il est le Législateur suprême ; car sur nous, Il exerce un pouvoir judiciaire. À Lui appartient le droit de récompenser ou de châtier les hommes. Allons à Lui, suivons nous aussi l’étoile !


La « béatitude, c'est le salut éternel, et les hommes y sont admis ou rejetés par le jugement du Christ. » nous dit encore saint Thomas d’Aquin. Toutes les réalités humaines sont soumises au pouvoir judiciaire du Christ. Enfin, Notre Seigneur Jésus-Christ a également le pouvoir exécutif et personne ne pourra s’y soustraire.

 

Carlo Dolci la Vierge offrant un lys à l'Enfant Jésus.jpg


Conclusion :


« La puissance universelle de faire le bien » c’est ainsi que Bossuet définit la vraie royauté et il poursuit : « c’est le propre des rois de sauver ! C’est pourquoi le prince Jésus, en venant au monde, considérant que les prophéties lui promettent l’empire de tout l’univers, il ne demande point à son Père une maison riche et magnifique, ni des armées grandes et victorieuses, ni enfin tout ce pompeux appareil dont la majesté royale est environnée. Ce n’est pas ce que je demande, ô mon Père ! Je demande la qualité de sauveur, et l’honneur de délivrer mes sujets de la misère, de la servitude, de la damnation éternelle. Que je sauve seulement, et je serai roi. Ô aimable royauté du Sauveur des âmes ! »


Ainsi soit-il.


Abbé Louis-Samson de La Ferté.

 

couronne.jpg


23/01/2019
0 Poster un commentaire

Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l'occasion de la nouvelle année 2019 :

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7674800_201804171251338.png

Confrérie Royale
le Prieur

 

 

« Je vous souhaite Dieu et le Roi ! »

 

 

Mercredi 2 janvier 2019,
En la fête du Très Saint Nom de Jésus.

 

 

« Quoniam Rex sperat in Domino et in misericordia Altissimi non commovebitur -
Parce que le Roi espère dans le Seigneur et dans la miséricorde du Très-Haut, il ne sera pas ébranlé ».
Ps. XX, 8.

 

 

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,

Chers Frères et Soeurs en la Confrérie Royale,
Bien chers Amis,

 

 

Selon la tradition (et nous aimons bien les traditions !), le commencement de la nouvelle année civile est l'occasion de présenter des vœux, d'échanger des vœux.


Si, pour beaucoup de personnes, il peut s'agir d'un "exercice" - voire d'une "épreuve" -, comme nous l'entendons qualifier par certains journalistes et commentateurs à propos des hommes politiques, il ne peut en être de même dans une compréhension non superficielle et véritablement chrétienne.


Les vœux que nous formulons au début d'une année civile qui, par la volonté des Souverains Pontifes, a été fixé au jour octave de la Nativité de notre divin Rédempteur, c'est-à-dire justement au jour où Il a versé Son Sang précieux pour la première fois, dans le rite de la circoncision auquel Il Lui a plu de Se soumettre, et où Il a reçu pour nom Jésus, qui signifie "Dieu sauve", sont donc tout-à-la-fois marqués par la foi ardente au mystère de l'Incarnation - avec les douces impressions de la Crèche - et par la ferme espérance de la Rédemption. 
Nos vœux chrétiens de bonne, heureuse et sainte année, ne peuvent être compris que dans une perspective surnaturelle dans laquelle la vie d'ici-bas, avec toutes les grâces et bénédictions divines que nous lui souhaitons, prépare la vie éternelle.
A vous donc qui recevez ces lignes et me faites l'honneur d'y porter quelque attention, j'adresse mes vœux fervents de bonne, heureuse et surtout sainte année 2019 : une année que je vous souhaite de vivre dans la lumière et la grâce de Dieu Notre-Seigneur, pour vous sanctifier chaque jour un peu plus et marcher avec détermination et courage vers l'éternité bienheureuse.

 

Et parce que vous êtes membres ou sympathisants de cette Confrérie Royale, dont la vocation spécifique consiste en la prière (et la prière ne va pas sans le sacrifice et la pénitence) pour notre Souverain légitime, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, je vous souhaite d'être toujours plus ardents dans cette supplication quotidienne et inlassable, afin de Lui obtenir toutes les grâces de lumière, toutes les bonnes inspirations, l'assistance du Saint-Esprit et la grâce de répondre à tout moment aux exigences de Sa vocation d'aîné des Capétiens, pour le bonheur et le salut de notre France : « Domine, salvum fac Regem nostrum Ludovicum, et exaudi nos in die qua invocaverimus Te ! Seigneur, sauvez notre Roi Louis et exaucez-nous au jour où nous Vous invoquerons ! » Seigneur, accordez toutes Vos grâces de salut au descendant de Hugues Capet, de Saint Louis, de Henri IV et de Louis XIV qui est aujourd'hui le Chef de l'auguste Maison de Bourbon et notre Roi de droit ! Seigneur, bénissez-Le et comblez-Le de toutes Vos bénédictions : rendez-Lui le trône de Ses pères et accordez à la France de revenir dans l'obéissance à Vos commandements et dans la fidélité aux desseins que Vous avez formés pour elle !

Ainsi que s'accomplisse de nos jours, en ce Royaume des Lys dont Vous avez fait tant de fois dans l'histoire l'objet de Vos prédilections, les paroles du Roi-prophète : « Quoniam Rex sperat in Domino et in misericordia Altissimi non commovebitur. Parce que le Roi espère dans le Seigneur et dans la miséricorde du Très-Haut, il ne sera pas ébranlé », afin que Ses peuples reçoivent Vos saintes bénédictions à travers leur Souverain légitime.

 

Chers membres et amis de la Confrérie Royale, je vous souhaite ce qu'il y a, dès ici-bas, de mieux et de plus grand : je vous souhaite Dieu et le Roi !

 

 Vôtre, in Corde Iesu & Mariae.

 

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7475328_201712014129914.jpg

 

Quelques avis importants :
(qu'il convient donc de lire avec la plus grande attention - Merci !)

 

1) Votre Prieur est parfois débordé par la tâche et les responsabilité : il souhaiterait donc trouver une ou plusieurs personnes qui auraient de la disponibilité et les qualités de méthode et d'organisation nécessaires pour du secrétariat.
Contact : confrerie.royale@yahoo.fr


2) Plusieurs personnes au cours des derniers mois nous ont contacté en demandant à faire partie de la Confrérie Royale : l'entrée dans la Confrérie s'accomplit toujours à l'occasion d'une Messe célébrée par un prêtre lui-même membre de la Confrérie. Les personnes auxquelles, dans l'attente de cette cérémonie, il avait été répondu qu'elles pouvaient se considérer comme membres "in petto" mais n'ont pu encore formaliser leur entrée sont priées de nous contacter à nouveau afin de voir de quelle manière nous pourrons "régulariser leur situation" dans les meilleurs délais.
Ecrire par courrier postal à :


Secrétariat de la Confrérie Royale
Hameau de Condas 
F - 07310 Saint-Martial.


3) Les personnes candidates à l'entrée dans la Confrérie sont priées avant toute autre chose de prendre connaissance attentivement des modalités et des engagements (cf. > ici), puis de nous envoyer un courrier postal (à l'adresse indiquée ci-dessus) dans lequel sont dûment précisés leur état civil, leurs coordonnées postales et téléphoniques, leurs motivations, le degré d'appartenance auquel elles aspirent, et enfin à quelle occasion elles souhaitent formaliser leur entrée dans la Confrérie.

 

4) Le 30 janvier prochain sera le 30ème anniversaire de la disparition tragique de Monseigneur le Prince Alphonse, de jure Sa Majesté le Roi Alphonse II, père de notre Souverain, et donc aussi le 30ème anniversaire de l'avènement de Louis XX.
La Confrérie Royale préparera cet anniversaire par une neuvaine, du 21 au 29 janvier, vous en trouverez le texte dans quelques jours dans les pages de ce blogue, mais, dès à présent, il importe que tous, membres ou sympathisants de la Confrérie, nous sensibilisions autour de nous à cet anniversaire.

 

5)  Le pèlerinage annuel au Puy-en-Velay aura lieu du jeudi de l'Ascension 30 mai en fin d'après-midi au samedi 1er juin en début d'après-midi : l'organisation de ce pèlerinage s'avère d'année en année plus lourde et plus compliquée, or nous tenons à faire de notre mieux.
Avant la mi-janvier, seront publiés les tracts et programmes de ce pèlerinage. Mais dès à présent encore, il nous serait nécessaire d'avoir quelques personnes disposant de temps et de qualités de méthode pour le secrétariat propre du pèlerinage.
Contact : confrérie.royale@yahoo.fr

 

Merci de votre attention...
et éventuellement pour votre aide !

 

 


02/01/2019
4 Poster un commentaire

Lettre aux membres et amis de la Confrérie Royale pour le saint jour de Noël 2018

Noël, fête royale,

ou le lien entre le mystère de l’Incarnation et la Monarchie à travers l’histoire

 

En ce 25 décembre, comme chacun sait, nous n’accueillons pas le père Noël en chantant du Tino Rossi (pour ceux qui s’en souviennent encore en 2018) ni en arrachant voracement le papier cadeau entourant ces futilités matérielles qui voudraient nous faire oublier la terrible crise économique qui menace notre société... Non ! Au risque de décevoir la majorité de nos contemporains, nous célébrons aujourd’hui le grand mystère de l’Incarnation, ce jour où Dieu a de nouveau rendu visite à l’humanité pour la sauver en se manifestant aux yeux des hommes sous les traits d’un petit enfant. Bref, le plus beau cadeau que Dieu pouvait faire à chacun d’entre nous !

 

La relation entre le mystère de l’Incarnation et la doctrine monarchique est absolument capitale dans la religion catholique, apostolique et romaine, et spécialement en terre de France, royaume du « fils aîné de l’Église ». N’est-ce pas un 25 décembre 496 (ou 498, mais qu’importe !) que Clovis reçut le baptême dans les fonts de Reims, des mains de saint Rémi ? N’est-ce pas un 25 décembre 800 que le roi franc Charlemagne, le bras armé et vengeur des droits de l’Église et de la liberté de la Chrétienté, se vit offrir la couronne impériale de l’ancien Empire romain d’occident par le pape Léon III ? Ces deux éléments fondateurs de la monarchie chrétienne, en France et en Occident, ne sont pas anodins. Noël est une fête monarchique par excellence, une élément fondamental de la royauté sacrée.

 

L’Incarnation : un fondement doctrinal de la monarchie

 

Le mystère de l’Incarnation possède évidemment une dimension avant tout spirituelle. En prenant chair, le Verbe de Dieu, Fils unique du Père, vient réconcilier l’humanité déchue avec son Créateur. « Et homo factus est » (Jn I, 14), Dieu s’abaisse jusqu’à nous pour nous élever jusqu’à Lui, Dieu vient nous sauver – le prénom Jésus signifie « Dieu sauve » – et nous placer dans un état de relation avec Dieu beaucoup plus grand, beaucoup plus noble que l’état originel perdu par le péché. Par sa venue et par son œuvre de Rédemption, Jésus-Christ nous a donné un esprit filial, un « esprit d’adoption » (Rom. VIII, 15), il a fait de nous les « héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ », mais bien sûr « si toutefois nous souffrons avec lui, pour être glorifiés avec lui. » (Rom. VIII, 17)

 

Noël vient manifester pleinement ce salut, car la Rédemption ne commence pas au Calvaire, mais dans la grotte de Bethléem. Ce petit enfant blotti auprès de sa sainte Mère, de son père nourricier, avec pour simple compagnie le bœuf et l’âne et pour premiers visiteurs de pauvres pâtres de Judée, est déjà là pour nous sauver. Il est le Fils de Dieu fait homme. S’il attendra le jour de l’Épiphanie pour manifester, pour la première fois, sa divinité aux Mages, il ne se montre pas aux bergers comme s’il était un enfant comme les autres. L’étoile guidée par Dieu a conduit ces bergers jusque dans cette modeste étable : ce n’est pas anodin ! Un enfant, oui, mais pas n’importe quel enfant. Et si les bergers ne lisent pas, au premier instant, en raison de la simplicité de leur condition – bien que la sagesse de Dieu se manifeste d’abord aux pauvres et aux simples – les traits de la divinité dans ce frêle enfant, ils entrevoient néanmoins une réalité que tout sujet peut saisir. Laquelle ? La royauté.

 

Noël Coypel Nativité - Copie.jpg

 

Noël Coypel, La Nativité,1665, Musée des Beaux-arts de Rennes.

 

 

Jésus est Dieu et homme ; et, en tant qu’homme, il est le premier homme, l’homme qui va guider le peuple pour le conduire vers le salut, l’homme qui va montrer l’exemple de la sainteté, de la vertu, de la justification à tous les autres hommes. Un guide, un modèle, un roi. Oui, cet Enfant divin est « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs » (I Tim. VI, 15), il est le « prince de la Paix » annoncé par Isaïe, et « l’empire a été posé sur ses épaules » (Is. IX, 9). La prophétie d’Isaïe, cette grande annonce méditée dans le Bréviaire romain pendant l’Avent, insiste sur la royauté du Messie tant attendu. Il est venu d’abord « pour étendre l’empire et pour donner une paix sans fin au trône de David et à sa royauté, pour l’établir et l’affermir dans le droit et dans la justice, dès maintenant et à toujours. » (Is. IX, 6)

 

Cette royauté du Christ, proclamée au jour des Rameaux à Jérusalem, glorifiée par la liturgie de la fête du Christ Roi instaurée par Pie XI en 1925, commence donc à Bethléem. Cette royauté humaine, il la tient de son héritage, comme descendant de David. L’ascendance davidique justifie la légitimité du Christ à accéder à cette dignité suprême sur le Peuplé élu de l’antique alliance. D’ailleurs Jésus est le « Christ », l’oint, qui a reçu l’onction du sacre, l’onction royale. Mais attention ! De qui vient cette onction ? Qui confirme la légitimité royale de Jésus ? Qui, en plus de cette royauté locale, hébraïque, va accorder à Jésus une royauté universelle, une domination sur l’humanité entière, cette fois en tant que « primogenitus », le « premier-né d’un grand nombre de frères » (Rom. VIII, 29) ? Eh bien, c’est Dieu. La royauté du Christ dépasse la royauté politique d’un peuple : elle est la royauté Politique au sens premier, la domination légitime et plénière sur la Cité des hommes – la Polis avec un grand p. Et ce n’est pas juste en vertu de son humanité que Jésus est le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs ; ce n’est pas aussi uniquement en tant que choisi par Dieu, comme oint à la manière de David, que Jésus peut imposer son « imperium » sur l’ensemble de la Création : c’est en tant que Fils de Dieu, en tant que Dieu, en tant que Créateur au même titre que le Père et l’Esprit saint. La royauté de Jésus est la royauté suprême de Dieu. Cela, il ne faut pas l’oublier, même au milieu des « gazouillis » de la Crèche !

 

Noël, fête royale

 

Si la royauté de Jésus dépasse toute royauté humaine en force et en légitimité, cette royauté en est le modèle, l’archétype. En se faisant homme, Jésus rend accessible, à travers sa nature humaine, la pratique de la vertu, le cheminement spirituel vers Dieu. Il rend aussi accessible à tout un chacun, en fonction de sa position sociale et politique, l’accomplissement des vertus associées à une charge, à une responsabilité. Bref, la royauté de Jésus est le modèle de la royauté humaine. Nous n’allons pas ici gloser sur tous les beaux traités médiévaux, ceux de l’époque carolingienne en particulier, qui ont insisté sur cette puissante analogie, en partant même de la royauté davidique, pour donner à la doctrine royale toute sa sacralité, pour rappeler aussi et surtout aux princes quels sont leurs devoirs et prérogatives.

 

La monarchie sacrée tire ses origines de la monarchie davidique, mais d’une monarchie davidique surélevée par l’Incarnation rédemptrice. Le mystère de Noël est donc un élément fondateur de la sacralité monarchique. Toute la cérémonie du sacre vient magnifier cette doctrine royale qui est au fond pleinement tirée des Écritures. Nous n’entrerons pas ici dans les détails des prières et des rituels de cette grande cérémonie, mais leur enracinement biblique est incontestable.

 

Serment du marquis de Dangeau - Copie.jpg

 

Antoine Pezey, Serment du marquis de Dangeau comme grand maître des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem le 18 décembre 1695, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 164. © RMN (château de Versailles) / Gérard Blot

 

À l’image du Christ, le roi de France est choisi par Dieu : sa légitimité familiale – la primogéniture mâle – est complétée par la légitimité religieuse, par la voix de l’Église. Depuis Pépin le Bref, en 751 et 754, le sacre manifeste en France, dans la lignée du baptême fondateur de Clovis, la prise de possession par Dieu du prince, qui est élevé à une dignité mystique qui le place mutatis mutandis au rang des évêques. Nous ne gloserons pas ici sur le grand débat concernant la valeur ontologique du sacre. Toujours est-il qu’à l’issue de la cérémonie, le prince n’est pas un chef politique ordinaire, garanti par la simple vox populi – modèle dont on voit de plus en plus les limites en notre époque de la démocratie triomphante (sic) – mais il est un élu de Dieu, l’oint du Seigneur, un « christ ». Privilège insigne, mais responsabilité écrasante, car son salut dépendra de sa correspondance à cette lourde mission déposée sur ses épaules. Il est devenu le « très chrétien », le monarque « par la grâce de Dieu », chargé d’assurer avant tout la protection de l’Église, donc son salut temporel. Ainsi le sacre est fondamentalement imprégné de la dimension de Noël.

 

La célébration de la fête de Noël donnait lieu à des usages particuliers dans le cadre de la monarchie française. La dimension liturgique occupait une place essentielle, comme en témoigne l’étiquette de Versailles sous Louis XIV, et Noël faisait partie de ces « bons jours » où le monarque communiait et s’adonnait particulièrement à la dévotion1 :

 

« Pour la fête de Noël, le roi communiait le 24 décembre au matin : il assistait alors à deux messes basses successives. Il retournait à la chapelle dans l’après-midi pour les premières vêpres, et de nouveau à 10 heures du soir pour assister à l’office des matines de Noël. À minuit, les trois messes basses de Noël (messe de minuit, messe de l’aurore et messe du jour) étaient célébrées successivement, pendant que les effectifs de la Chapelle-Musique exécutaient des motets, puis chantaient l’office des laudes à partir de l’élévation de la deuxième messe. [...] Le roi quittait la chapelle un peu avant 2 heures du matin et y retournait pour assister à la messe chantée en milieu de matinée, ainsi qu’à la prédication, suivie des vêpres du roi en milieu d’après-midi. En deux jours, Louis XIV avait assisté à non moins de six messes ! »2

 

Bref, une continuité quasi-ininterrompue de la splendeur du culte divin à laquelle le Fils aîné de l’Église se faisait un devoir d’assister. Écoutons Saint-Simon qui, pour une fois, faisait certainement preuve d’objectivité :

 

« [...] il n’y avoit rien de si magnifique que l’ornement de la chapelle et que la manière dont elle étoit éclairée. Tout y étoit plein [...]. Il n’y avoit donc rien de si surprenant que la beauté du spectacle et les oreilles y étoient charmées. »3

 

Parfois, à l’occasion de la grande fête, le roi procédait au toucher des écrouelles, ce pouvoir thaumaturgique communiqué au souverain au jour de son sacre. Ainsi, en 1714, « le roy, après une seconde messe dite par un chapelain, est allé toucher les malades des écrouelles au nombre de près de 400, assemblez par les soins du grand prévost dans la gallerie dite des princes. [...] Le grand aumosnier, en camail et rochet, a distribué l’aumosne aux malades à mesure que le roy les a touchez [...] »4 Noël n’est-il pas un jour propice à la guérison des corps et des âmes ?

 

Le rituel de la bénédiction du Casque et de l’Épée dans la tradition papale

 

Pour conclure cette brève analyse, qui mériterait bien sûr des approfondissements que nous n’avons pas le temps de faire ici, il est opportun de mettre en valeur un usage de la Cour papale qui concerne de près la royauté chrétienne. Il s’agit, au jour de Noël, de la bénédiction par le Souverain Pontife de l’épée et du « chapeau ducal5 ». Cette tradition s’appuie sur le récit des Macchabées6 et remonte à l’époque d’Urbain VI (1378-1389), après le retour de la Papauté à Rome. Avant le chant des matines de Noël, le pape bénissait, revêtu de l’aube et de l’étole, une épée et un chapeau qui étaient ensuite offerts à un prince ou à un chef militaire chrétien particulièrement méritant en raison de sa piété et d’une aide particulière apportée à la défense de l’Église catholique et de la Chrétienté7. Il s’agissait

 

« [d’une] épée garnie d’un pommeau d’or, et enrichie de pierreries disposées en forme de colombe, avec le foureau et le baudrier enrichis de même, et le Chapeau Ducal posé sur la pointe de l’épée. Ce Chapeau est de soie violette, fourré d’hermines et entouré d’un cordon en forme de Couronne chargée de bijoux. Le Pape envoie l’Épée et le Chapeau à quelque Prince qu’il affectionne particulièrement, ou à quelque grand Capitaine qui mérite cette distinction pour s’être signalé contre les Ennemis de la foi Chrétienne. »8

 

 épée chapeau Sobiesky - Copie.jpg

 

L’épée et le chapeau offerts par Innocent XI au roi de Pologne Jean III Sobieski après la victoire de Vienne sur les Turcs en 1683.

 

 clerc chambre apostolique matines Noël - Copie.jpg

 

Un clerc de la Chambre apostolique portant l’épée et le chapeau lors de la procession des Matines de Noël.

 

Ces deux ornements étaient portés en procession devant le pape, par un clerc de la Chambre, jusqu’à la chapelle où étaient chantées les matines. Lorsque le Souverain Pontife remettait lui-même ces distinctions au dux élu, il lui disait cette formule introduite par Sixte IV :

 

« c’est par ce glaive que nous vous déclarons le défenseur de cette puissance et de la Souveraineté Pontificale, le Protecteur du S. Siège contre les ennemis de la foi, et le boulevard de l’Église. Que par ce glaive votre bras triomphe des ennemis du S. Siège et du nom de Jésus-Christ, que le S. Esprit descende sur votre tête, et vous protège contre ceux à qui Dieu prépare ses jugemens devant la Sainte Église Romaine et le S. Siège Apostolique [...] »9

 

Le rapport de cette cérémonie avec le sacre royal et la mission de défense de l’Église assumé par le monarque de droit divin est évident. On me dira peut-être que le rapport avec Noël, la grande fête de la paix, est moins patent. N’est-il pas contradictoire de bénir des symboles de guerre avant de chanter « paix aux hommes de bonne volonté » ? En l’occurrence, la remise de ces insignes a lieu à la suite d’une victoire – la guerre semble donc être terminée – et à l’occasion d’une guerre juste – contre les ennemis de l’Église, souvent contre les Turcs ottomans à l’époque moderne. La morale de l’Église n’est aucunement remise en question, et la plus grande victoire du prince ou du chef chrétien honoré par ce rituel est d’avoir apporté la paix, d’avoir, en fin de compte, rétabli « Noël » sur le monde chrétien !

 

 

monarchie britannique épée et chapeau - Copie.jpg

 

La monarchie britannique a conservé l’usage de faire porter l’épée (sword of state) et le chapeau (cap of maintenance) devant le souverain, notamment lors de l’ouverture solennelle du Parlement.

 

Noël vient donc ici rappeler les obligations du roi très chrétien. Il est d’abord le protecteur de l’Église et le bras séculier la justice de Dieu dans l’étendue de son royaume. Il ne doit pas se servir de sa puissance militaire et coercitive pour des fins contraires au bien commun voulu par Dieu ou pour son intérêt propre. Les serments du sacre lui ont rappelé avec instance cette impérieuse responsabilité, qu’il se doit de respecter tout au long de son règne. Noël, fête de la paix de Dieu venue sur terre, est la fête des rois qui sont garants de cette paix, cette paix dont notre monde, et la France en particulier, ont tant besoin ; cette paix qui vient de Dieu et non des hommes ; cette paix que seule la Chrétienté traditionnelle peut restaurer.

 

Sainte fête de Noël !

 

Mathias Balticensis

 

1 Voir Alexandre Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV, Wavre, Mardaga, 2010, p. 260, note 40.

 

2 Alexandre Maral, Le Roi-Soleil et Dieu, Paris, Perrin, 2012, p. 65.

 

3 Ibid.

 

4 Maral, La Chapelle royale, op. cit., p. 379.

 

5 Ducal, de dux, chef.

 

6 Lorsque Judas Macchabée alla combattre l’armée d’Antiochus, il vit en songe le prophète Jérémie qui lui présenta une épée en lui disant : « Prends cette sainte épée, c’est un don de Dieu ; avec elle tu briseras tes ennemis. » (II Macc. XV, 16).

 

7 Voir Gaetano Moroni, Histoire des chapelles papales, trad. A. Manavit, Paris, Sagnier et Bray, 1846, p. 385-386.

 

8 Jean-Baptiste Lucotte Du Tillot, Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, Amsterdam, J. F. Bernard, 1739, t. II, p. 87.

 

9 Ibid.

 


24/12/2018
4 Poster un commentaire

Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l'occasion du début de l'année liturgique :

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_6215041_201609250522241.png

 

Confrérie Royale

Le Prieur

 

Samedi 1er décembre 2018,
en la fête de Saint Eloi, évêque et confesseur ;
et du Bienheureux Charles de Jésus [de Foucauld], ermite et confesseur.

 

« Nox praecessit, dies autem appropinquavit -

La nuit est déjà avancée, et le jour approche... »
Rom. XIII, 12 - épître du 1er dimanche de l'Avent.

 

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,

Chers Frères et Soeurs en la Confrérie Royale,
Chers Amis,

 

« Nox praecessit » : la nuit est avancée, elle tend vers sa fin. Mais c'est encore la nuit ; les ténèbres règnent encore !
« Dies autem appropinquavit » : le jour approche ; sa venue est certaine. Mais il n'est pas encore là ; la lumière ne règne pas encore !

Il est tout aussi certain que le règne des ténèbres prendra fin qu'il est certain que le règne de la lumière va venir. Nous ne pouvons nullement en douter. Mais pour l'heure, c'est encore le règne des ténèbres et nous ne voyons la lumière que par les yeux d'une invincible espérance.

 

« Nox praecessit, dies autem appropinquavit ! »

Ces quelques mots de l'Apôtre, que nous lisons, approfondissons et méditons au premier dimanche de l'Avent, constituent non seulement le thème spirituel que la Sainte Eglise notre Mère nous donne pour commencer la nouvelle année liturgique et nous stimuler en entrant dans le saint temps de l'Avent, mais c'est aussi l'antienne que nous devons répéter inlassablement - presque à la manière d'un cri de guerre et de ralliement au cœur de la bataille - pour stimuler nos énergies, renforcer notre détermination, rassembler nos forces, décupler notre zèle, aiguillonner notre générosité, éperonner notre combativité, attiser notre ferveur, dynamiser nos engagements, exciter notre flamme, revigorer notre entrain et tonifier notre vaillance dans le grand combat spirituel qui est le nôtre au service de notre Souverain légitime, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX. 

 

« Nox praecessit, dies autem appropinquavit ! »

Oui, les ténèbres étendent encore leur règne, règne terrible et destructeur, sur le Royaume des Lys ! Oui, les ténèbres règnent encore dans les intelligences, dans les cœurs et dans les âmes de la majorité des Français ! Mais "nox praecessit" : la nuit, nous en avons la certitude, va vers son déclin - inéluctablement ! - et l'aube poindra. Nous ne savons pas encore quand, nous ne savons pas encore combien d'heures nous en séparent : mais elle poindra et sa clarté grandissante chassera peu à peu la noirceur et ses épouvantes mortifères : "dies autem appropinquavit !" 

 

« Nox praecessit, dies autem appropinquavit ! » 

A l'épaisse nuit diabolique engendrée par le pseudo "siècle des lumières", succédera le jour victorieux de la grâce renaissante qui jaillit de la source vive de Reims, le baptistère dans les eaux duquel se sont unies la royauté franque et la foi de Nicée pour faire naître la France : notre France ! La France telle que voulue par Dieu ! La France catholique et royale ! 
« Sine paenitentia enim sunt dona et vocatio Dei : en effet les dons et la vocation de Dieu sont sans repentir ! » (Rom. XI, 29). C'est cela qui nous donne notre assurance, une assurance fondée sur les faits que Dieu a suscités et sur les promesses qu'Il a faites, en dépit de tous les éléments de découragement qui pourraient s'imposer à nous en considérant la situation actuelle selon des vues simplement humaines.

Mais notre confiance est en Dieu, qui ne peut "ni se tromper ni nous tromper" (cf. acte de foi), et c'est la raison pour laquelle, au début de cet Avent qui nous prépare à Noël, nous proclamons notre ferme espérance en associant au Noël de Bethléem où le Dieu-fait-chair a paru devant nos yeux et dont ce prochain Noël va liturgiquement renouveler les grâces, le Noël de l'an 496 où par le Baptême du Roi Clovis est né le saint Royaume de France.

Ce n'est pas par hasard que Dieu a disposé toutes choses pour que le jour de la naissance de Son Fils incarné soit aussi le jour de la naissance de la Royauté Très Chrétienne au Royaume des Lys !

 

Sus donc à toute forme de découragement larvé et de désespérance : « Nox praecessit, dies autem appropinquavit ! » 

Chers membres de notre Confrérie Royale, plus que jamais et avec une ardeur renouvelée, « abjiciamus ergo opera tenebrarum et induamur arma lucis : rejetons donc les œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière ! » (Rom. XII, 12 - épître du 1er dimanche de l'Avent).

 

Vôtre, in Corde Iesu & Mariae.

 

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,

Prieur.

 

Blason_Frère Maximilien-Marie - Copie.jpg

 


01/12/2018
7 Poster un commentaire