L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Voeux du Prieur de la Confrérie Royale pour l'an de grâce 2018

Armes Confrérie.png

Confrérie Royale

Le Prieur

 

 

 

Mercredi 3 janvier 2018,
Fête de Sainte Geneviève.

 

 

Messieurs les Chanoines,
Messieurs les Abbés,
Mes Révérends Pères,
Chers Frères et Soeurs en la Confrérie Royale,
Chers Amis,

 

 

Dans l'avalanche des vœux dont le commencement de l'année civile est l'occasion, permettez que votre Prieur en « rajoute une couche ».

Je souhaiterais avoir du temps (beaucoup de temps !) pour connaître ou mieux connaître chacun d'entre vous, pour écrire à chacun personnellement des vœux circonstanciés et ciblés, mais compte-tenu de votre nombre et de mon emploi du temps cela relève sans doute du « pieux désir » qui ne verra jamais d'accomplissement... sinon peut-être au Ciel où nous disposerons de l'éternité !

Ainsi donc en suis-je réduit à reprendre de manière générale les formules habituelles que la répétition a usées et polies comme des galets roulés par le torrent : « Bonne et sainte année, chers membres de la Confrérie Royale ! »

 

Mes vœux sont avant toute autre chose une prière, demandant à Dieu de vous combler tout au long de cette année 2018 de toutes les bénédictions nécessaires ici-bas, dans l'ordre physique et matériel et – bien sûr ! - dans l'ordre spirituel et surnaturel, pour que jour après jour, chaque jour et à chaque instant du jour, vous croissiez en grâce et en sainteté devant Dieu et devant les hommes.

 

Et puis « Bonne année et bonne santé » à notre chère Confrérie Royale elle-même !

  • Bonne Année : l'année sera « bonne » en effet si la Confrérie Royale se développe en nombre, si la ferveur et le rayonnement de ses membres attirent de nouvelles âmes à cet engagement spirituel exigeant mais si épanouissant au service de notre Roi légitime – de sa personne et de sa mission - et de la France.

  • Bonne santé : la santé de la Confrérie tout entière sera en quelque manière la somme de la bonne santé spirituelle de chacun de ses membres. Aussi ne cesserai-je de vous exhorter à toujours plus de générosité et d'efforts pour aller toujours plus loin et toujours plus haut.

     

Il faut que chacun prenne conscience avec une acuité toujours plus vive que la vie, le développement et le rayonnement de la Confrérie Royale n'incombent pas à ses seuls responsables tandis que les membres pratiqueraient leur « petites dévotions » de manière tout-à-fait individuelle dans leur coin.

Les responsables de la Confrérie s'investissent quotidiennement pour rédiger des notes ou de petites exhortations accessibles en particulier par le moyen d'internet, pour collecter et publier des informations propres à stimuler la ferveur ou mieux faire prendre conscience de l'actuelle situation de l'Eglise, de la France, pour diffuser des nouvelles de la Famille Royale... etc. Toutefois, il incombe aussi à chacun des membres de la Confrérie Royale de s'investir quotidiennement, selon ses moyens, sa vocation propre et les dons qui lui ont été départis par Dieu...

 

De quelle manière ? Par la prière, au premier chef puisque la Confrérie Royale est essentiellement une œuvre de prière. Une prière quotidienne (et répétée plusieurs fois par jour) qui monte vers le Ciel à la manière dont des archers, au sein d'une bataille décisive, lancent inlassablement leurs traits quand ils se trouvent en face de barbares cruels et sans pitié. Ainsi, la prière des membres de la Confrérie Royale doit-elle échapper à toute espèce de routine et jaillir de nos cœurs comme des flèches ardentes.

Par la pénitence et l'offrande fréquente de sacrifices ensuite. La pénitence et le sacrifice décuplent la force et l'efficacité de la prière ; elles la prémunissent aussi contre les illusions. Vous dites aimer notre Roi ? Vous dites aimer la France ? Vous dites aimer la monarchie capétienne traditionnelle ? Eh bien sachez que la réalité de votre amour pour le Roi et pour la France se mesure exactement à votre capacité d'offrir des pénitences et des sacrifices pour le Roi et pour la France. Peu de sacrifices est l'indice de bien peu d'amour ; une grande capacité à offrir chaque jour des sacrifices est la preuve d'un grand amour. Ni plus, ni moins !

 

Mais je veux également insister sur la lettre du 25 de chaque mois, publiée sur les sites « Confrérie Royale » et « L'Ami de la Religion et du Roi » la plupart du temps dès la veille, et répercutée sur les réseaux sociaux. Normalement, chaque membre (sauf impossibilité d'accéder à internet) la reçoit dans sa boite aux lettres électronique (s'il a bien accompli son inscription correctement) : j'insiste pour que ces lettres du 25 de chaque mois ne soient pas lues de manière superficielle, mais pour qu'elle fasse l'objet de plusieurs lectures attentives et pour qu'elle soit méditée et approfondie. Les ecclésiastiques qui en sont à tour de rôle les rédacteurs produisent dans ces textes de véritables petits chefs d'oeuvre de spiritualité et de doctrine légitimiste.

Au passage, je tiens à les remercier chaleureusement pour le travail de grande qualité qu'ils accomplissent, chacun avec son style et son génie propre.

 

Il y a, enfin, un dernier point sur lequel je souhaite attirer votre attention : le pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay.

J'espère que chacun des membres de la Confrérie a bien enregistré qu'il a lieu tous les ans les vendredi et samedi qui suivent l'Ascension. En 2018 donc, les vendredi 11 et samedi 12 mai. Autant que possible, il est souhaitable que ce pèlerinage devienne par le fait même le grand rassemblement annuel de la Confrérie Royale, à la manière d'une réunion de famille : notre famille spirituelle de fidèles engagés dans l'ordre spirituel pour le soutien de notre Roi légitime et la restauration de la monarchie traditionnelle.

J'insiste donc pour que dès à présent des membres de la Confrérie se mobilisent et s'investissent pour aider à la préparation de ce pèlerinage : c'est un travail d'élaboration des documents le présentant, un travail de diffusion, mais aussi en aval un travail de secrétariat (inscriptions mais aussi, de façon urgente, pour préciser un certain nombre de modalités pratiques de l'organisation que nous voulons rendre plus performante.

Je souhaite aussi que chacun d'entre vous porte cette préparation dans la prière et travaille ainsi dès maintenant à obtenir de Notre-Dame du Puy de grandes grâces pour la Confrérie Royale, pour la France et pour son Roi.

Il conviendrait que les tracts soient prêts à la fin de ce mois de janvier et que les inscriptions soient terminées à la fin du Carême. Il n'y a donc plus à traîner...

 

Voilà donc tout ce qu'il importait que je vous précisasse à l'occasion de ces vœux du début de l'année civile, mes très chers Amis.

En cette fête de Sainte Geneviève, exemple lumineux et modèle pour chacun d'entre nous, je vous assure de ma prière et de mon dévouement, en me recommandant aussi à la vôtre dont – pauvre pécheur - j'ai un si grand besoin.

 

Vôtre in Corde Iesu & Mariae.

 

 

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,

Prieur.   



03/01/2018
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres