L'Ami de la Religion et du Roi

L'Ami de la Religion et du Roi

Important : Le Pèlerinage Légitimiste pour le Jubilé du Puy, les 4 & 5 juin 2016.

Jeudi 4 février 2016,
Fête de Sainte Jeanne de France (voir ici).

 

Cette fête de l'une des plus attachantes figures de sainteté de la Maison Capétienne, est l'occasion providentielle d'annoncer le Pèlerinage Légitimiste programmé au Puy-en-Velay les samedi 4 et dimanche 5 juin prochains, pour le Jubilé du Puy : un pèlerinage de "Grand Pardon" aux pieds de Notre-Dame, organisé conjointement par la Confrérie Royale et par l'Union des Cercles Légitimistes de France, dans les pas de nos Rois.
Nous en avions déjà fait l'annonce à l'occasion des voeux du Nouvel An (cf. > ici), il importe maintenant que tous les membres, associés et amis de la Confrérie Royale s'y préparent, l'inscrivent dans leur programme et commencent à prévoir leur pèlerinage, un pèlerinage très important afin d'implorer la miséricorde et le secours de Dieu sur chacun de nous et sur la France !

 

panorama du Puy-en-Velay depuis le parvis du sanctuaire de Saint Joseph de Bon Espoir

 

 

Panorama de la ville du Puy-en-Velay depuis l'ouest.

lys 2

Pèlerinage jubilaire au Puy-en-Velay
de la
Confrérie Royale
et de l'
Union des Cercles Légitimistes de France

Samedi 4 & dimanche 5 juin 2016

1) Pourquoi un pèlerinage au Puy-en-Velay ?

 

 

Selon la tradition admise par l'Eglise et crue par tous jusqu'aux temps du rationalisme et de l'hyper-critique historique, l'origine du sanctuaire du Puy-en-Velay remonte au premier siècle de notre ère, au temps des premiers évangélisateurs envoyés dans les Gaules par Saint Pierre.

A l'époque de Saint Georges, premier évêque du Velay, la Très Sainte Vierge Marie apparut à une chrétienne très malade : elle lui enjoignit de se rendre sur le Mont Anis et de s'y coucher sur une grande pierre noire en forme d'autel, ce qu'elle fit. Sur cette pierre, la dame eut un songe et, selon les termes de l'ancienne chronique, entendit ces paroles : « Entre tous les lieux du monde, l'auguste Mère du Sauveur s'est choisie spécialement cet endroit pour y être servie et honorée jusqu'à la fin des siècles ; et afin que vous ne preniez pas ce que vous voyez pour un vain songe, sachez que la guérison que vous désirez vous est accordée. »
Saint Georges, averti par la femme effectivement guérie, vint au lieu du miracle et le trouva couvert d'une neige miraculeuse alors qu'on était au 11 juillet. Un cerf traça alors dans cette neige le périmètre d'un sanctuaire. Faute de moyens, Saint Georges ne put l'édifier mais il prit soin de faire planter sur ces limites dessinées par l'animal une haie d'aubépines.

Il fallut attendre le milieu du IVème siècle pour que les successeurs de Saint Georges puissent répondre à la demande de Notre-Dame et c'est une autre guérison miraculeuse qui en fut l'occasion : une chrétienne de Ceyssac - village proche du Puy - , paralysée, eut un songe dans lequel la Très Sainte Vierge lui demandait de se faire transporter sur le Mont Anis, à l'intérieur de l'enceinte sacrée délimitée jadis par Saint Georges, et de se faire déposer sur l'antique dalle noire. La dame de Ceyssac obtempéra et fut guérie à son tour. Elle eut alors, elle aussi, une manifestation de Notre-Dame entourée d'anges lui demandant d'aller trouver l'évêque, qui était Saint Vosy, et de lui demander la construction du sanctuaire que ses prédécesseurs n'avaient pu mener à bien.
Saint Vosy, comme autrefois Saint Georges, trouva lui aussi l'endroit couvert d'une neige miraculeuse : convaincu de l'authenticité des faits, il entreprit la construction du sanctuaire demandé par la Madone, puis d'y transporter son siège épiscopal.
Lorsque les travaux furent achevés et que vint le temps de procéder à la dédicace de cette nouvelle église, un nouveau miracle se produisit : ce furent les anges eux-mêmes qui en accomplirent les cérémonies de consécration, d'où le nom de « chambre angélique » qui fut donné à ce premier sanctuaire voulu par le Ciel (cet espace correspond aux deux travées orientales de l'actuelle cathédrale).

En résumé, donc, la cathédrale du Puy est le lieu de la plus ancienne apparition connue de la Très Sainte Vierge Marie sur le sol de France : c'est un lieu que Notre-Dame a explicitement voulu pour y répandre ses grâces, et cette cathédrale appartient au très petit nombre des sanctuaires qui, à travers toute la Chrétienté, ont été consacrés par les Anges (tout comme Einsiedeln en Suisse ou le Mont Gargan dans le sud de l'Italie).

 

Pierre des fièvres & chapelle du Crucifix

 

Cathédrale du Puy : dans la chapelle du Saint Crucifix se trouve la "pierre des fièvres" ;
c'est sur cette dalle de pierre basaltique que Notre-Dame a opéré les miracles
et c'est autour d'elle qu'elle a voulu voir se développer son pèlerinage.

 

 

2) Est-il raisonnable aujourd'hui de croire à ces histoires merveilleuses ?

 

 

Certes, l'Eglise ne vous oblige pas à y donner votre assentiment (comme elle n'oblige d'ailleurs personne à croire comme un « dogme de foi » les apparitions de la Vierge ou des Saints dont elle affirme cependant l'authenticité).
Mais cette tradition a été crue de manière unanime pendant des siècles, et en particulier aux âges où la foi était la plus florissante et la plus féconde. De très nombreux saints, des prélats, des papes, des souverains et des princes y ont cru, et c'est ce qui a motivé leur pèlerinage à Notre-Dame du Puy.
Cette tradition a commencé à être contestée et tenue pour une pieuse légende sans consistance à partir du « siècle des lumières ».
N'est-il pas préférable d'adhérer de toute notre âme à cette tradition, avec les saints, les Rois chrétiens et les Papes des siècles de foi, plutôt que de la mettre en doute avec les disciples de Voltaire ?

 

Façade de la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation

 

Façade de la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation du Puy-en-Velay
édifiée autour de la "pierre des fièvres" et consacrée par les Anges.

 

 

3) Pourquoi un jubilé au Puy ?

 

 

Depuis des siècles, la Sainte Eglise notre Mère accorde à ses fidèles la grâce d'un jubilé spécial célébré à la cathédrale du Puy chaque fois que le Vendredi-Saint coïncide avec le 25 mars : c'est-à-dire chaque fois que coïncident l'anniversaire de l'Incarnation et celui de la Rédemption.

Rappelons au passage que, en effet, selon la tradition la plus ancienne (et à rebours des calculs « modernes »), c'est à la date du vendredi 25 mars de l'an 33 de notre ère que Notre-Seigneur Jésus-Christ a souffert Sa Passion : en fait foi le martyrologe romain qui mentionne à la date du 25 mars le « dies natalis » (c'est-à-dire le jour de la mort, lequel a été le jour de sa naissance dans l'éternité bienheureuse) du Saint Bon Larron.

Les anciennes traditions nous apprennent que le premier des jubilés du Puy aurait eu lieu en l'an 992, ce qui en fait le plus ancien des jubilés de la Chrétienté après celui de Rome.

L'occurrence du 25 mars et du Vendredi-Saint peut se produire une ou deux fois par siècle, parfois trois.
Le dernier jubilé du Puy a été célébré en 2005. L'année 2016 est celle du 31 ème jubilé du Puy. Il faudra attendre ensuite l'année 2157 pour voir le 32 ème jubilé du Puy.
Jusqu'en 1524, les jubilés du Puy n'étaient célébrés que sur 24 h, dans la seule journée du Vendredi-Saint 25 mars.
En raison de l'affluence des pèlerins, les évêques du Puy obtinrent peu à peu du Saint-Siège une extension du jubilé sur une, puis sur deux semaines : ce fut le cas à partir du jubilé de 1622 et jusqu'au 29 ème jubilé, celui de 1932.
A l'occasion du 30 ème jubilé, en 2005, le Saint-Siège a accordé que le jubilé du Puy soit célébré à partir du 25 mars et jusqu'au 15 aoûtC'est aussi le cas en cette année 2016.
 

 

Statue de la Vierge Noire

 

Cathédrale du Puy : la statue de la Vierge Noire,
copie de celle qui a été brûlée le 8 juin 1794, couronnée au nom du Bx Pie IX le 8 juin 1856.

 

 

4) Quels liens unissent nos Rois à la cathédrale du Puy ?

 

 

Les catholiques du XXIème siècle ont un peu de peine à imaginer que le pèlerinage du Puy-en-Velay a été pendant des siècles au moins aussi important que ne l'est de nos jours le pèlerinage de Lourdes.
On n'exagère pourtant pas lorsqu'on affirme que la cathédrale Notre-Dame de l'Annonciation du Puy figure parmi les plus anciens et les plus illustres de nos « sanctuaires nationaux ».

Le pèlerinage du Bienheureux Charlemagne à la Vierge du Puy a été souvent cité, mais on ne peut cependant pas en apporter la preuve historique.
En revanche, depuis le Roi Raoul 1er (922-936) jusqu'à la fin de l'Ancien Régime l'historien peut attester d'une sollicitude particulière et continue de nos Souverains pour le sanctuaire du Puy, pour consolider le pouvoir de ses évêques, et pour octroyer des privilèges à la cité.

Une vingtaine de nos Rois est venue en pèlerinage au Puy : parmi les plus célèbres on peut citer Louis VII, Saint Louis, Charles VII, Louis XI, Charles VIII et François Ier. Le dernier en date fut Monseigneur le Prince Alphonse de Bourbon (+ 1989), de jure Alphonse II, le 15 août 1979.

Chaque fois qu'une souveraine se trouvait enceinte, des prières particulières étaient prescrites auprès de Notre-Dame du Puy, pour que la grossesse de la Reine et sa délivrance se passent bien.

Enfin, n'oublions pas que parmi la foule immense des pèlerins du 25 mars 1429, accourue pour implorer le secours divin sur ce Royaume où il y avait alors « grande pitié », se trouvait Isabelle Romée, mère de Sainte Jeanne d'Arc. Nous le savons par des témoignages irréfragables : en particulier celui du Frère Jean Paquerel, moine augustin, qui devint confesseur et aumônier de la Pucelle. C'est lors du jubilé du Puy qu'il rencontra Isabelle Romée : la nouvelle de l'entrevue de Jeanne avec Charles VII à Chinon (juste 20 jours auparavant : le 6 mars 1429) commençait à se répandre dans tout le Royaume. Les pèlerins interrogeaient fébrilement la pieuse mère de la jeune fille, étaient touchés par son récit, étaient gagnés par une espérance surnaturelle. Frère Jean Paquerel partit rejoindre l'héroïne, et il ne la quittera plus jusqu'au moment de sa captivité...

Il y aurait encore beaucoup à dire puisqu'il faudrait aussi raconter l'importance du Puy lors de la première croisade : le pape Urbain II y vint en pèlerin avant d'ouvrir le concile de Clermont et fit de l'évêque du Puy, Adhémar de Monteil, son légat au milieu des troupes chrétiennes.

 

Statue de St Louis

 

Cathédrale du Puy : statue de Saint Louis
(qui offrit au sanctuaire une épine de la Sainte Couronne, voir > ici)

 

 

5) Pourquoi irons-nous en pèlerinage au Puy les 4 et 5 juin prochains ?

 

 

« Les hommes d'armes combattront et Dieu donnera la victoire » affirmait Sainte Jeanne d'Arc.
Dans le combat spirituel et politique de notre temps, parfois bien plus terrible que celui des champs de bataille, nous ne pouvons pas lutter efficacement ni espérer vaincre sans attendre de Dieu et les forces et la victoire. Et pour que Dieu donne la victoire, il faut d'abord la Lui demander : prier, supplier, implorer...
Voilà pourquoi la Confrérie Royale et l'UCLF s'associent pour proposer à leurs membres, à leurs adhérents et à leurs sympathisants, de se retrouver au Puy-en-Velay les 4 et 5 juin prochains pour une démarche jubilaire commune.

Le pèlerinage jubilaire de la Confrérie Royale et de l'Union des Cercles Légitimistes de France doit être un moment privilégié de ferveur catholique et royale dans notre travail de reconquête spirituelle et politique du Royaume de France. Une reconquête qui passe nécessairement par l'effort de conversion et de sanctification – l'une et l'autre ne sont jamais achevées – de chacun de nous.
La grâce du jubilé, reçue au Puy, ne peut manquer d'être salutaire, stimulante et fortifiante, dans les combats qui nous attendent.

 

Statue de Ste Jeanne d'Arc

 

Cathédrale du Puy : statue de Sainte Jeanne d'Arc.

 

 

6) Que ferons nous au Puy-en-Velay les 4 et 5 juins prochains ?

 

 

Les détails du programme de ce pèlerinage sont encore à préciser, mais nous pouvons déjà en donner les grandes lignes :
- Rassemblement au début de l'après-midi du samedi 4 juin ; après un temps d'enseignement nous accomplirons ensemble le parcours jubilaire qui s'achèvera par la Sainte Messe (selon le rite latin traditionnel).
Le dimanche 5 juin au matin, nous aurons la Sainte Messe de la solennité du Sacré-Coeur (initialement prévue dans l'église de Ceyssac, village où eut lieu la seconde apparition de Notre-Dame en l'an 350, mais peut-être bientôt au Puy-même), suivie d'une « procession du vœu de Louis XVI » (pour accomplir le vœu du Souverain captif).
Nous prévoyons aussi la possibilité de monter à la chapelle Saint-Michel d'Aiguilhe (pour les personnes ayant de bonnes jambes), érigée au X ème siècle au sommet d'un neck volcanique, afin d'y placer la Confrérie Royale et l'UCLF sous la protection de l'archange victorieux.

 

Chapelle Saint-Michel d'Aiguilhe

 

 

La chapelle Saint-Michel édifiée au sommet du neck d'Aiguilhe au Xème siècle.

 

 

Note importante :

 

L'organisation matérielle du pèlerinage (transport, covoiturage, repas du samedi soir, logement au Puy ou dans les environs proches) est à mettre en oeuvre dans les provinces par chaque président de Cercle et par des bénévoles.
Le Cercle Légitimiste du Vivarais Abbé Claude Allier, qui est géographiquement le plus proche du Puy, se propose de faciliter cette organisation en répondant aux questions (notamment pour ce qui concerne les possibilités d'hébergement) : vivarais.legitimiste@gmail.com
Nous pensons pouvoir organiser un repas en commun pour le déjeuner du dimanche 5 juin, mais, afin de le prévoir, il nous faut déjà avoir une idée au moins approximative du nombre de participants (un acompte sera ensuite demandé pour les inscriptions à ce repas).

 

> Cliquer ici pour la PAGE DE RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

SUR LE PELERINAGE AU PUY.



04/02/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres